Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

mardi 7 septembre 2010

Ciné-club : Om Puri

Né en 1950 au Penjab, Om Puri passe son enfance à Patiala où il est élevé par un oncle maternel.
Après des études au Film and Television Institute of India à Pune, il rejoint la National School of Drama à Delhi où il se familiarise avec le théâtre en 1973 même temps que l'acteur Naseeruddin Shah dont la carrière croisera plusieurs fois la sienne.
Son premier film hindi, Gashiram Kotwal (Mani Kaul 1976), est l'initiative d'un collectif désirant innover dans le cinéma indien.
Cet état d'esprit marque le début de la carrière d'Om Puri, qui vient tout naturellement au cinéma d'auteur dans les années 1980. C'est alors qu'il rejoint des collègues acteurs comme Smita Patil, Shabana Azmi, Amrish Puri et Naseeruddin Shah.
Les films caractéristiques de cette période sont Bhavni Bhavai (Ketan Mehta, 1980),
Aakrosh (Govind Nihalani,1980), Sadgati (Sayajit Ray, pour la chaîne Doordarshan, 1981), Ardh Satya (Govind Nahalani,1982), Mirch Masala (Ketan Mehta,1985) et Dharavi (Sudhir Mishra, 1992).

Parallèlement aux films d'auteur hindis, il joue dans quelques films penjabis, dans des séries télévisées indiennes, puis dans des films étrangers, particulièrement en Grande-Bretagne et aux U.S.A.
C'est ainsi qu'il décroche récompense ou nomination pour My Son The Fanatic (Udayan Prasad, 1997), East is East (Damien O'Donnell, 1999). On peut aussi le retrouver dans Gandhi (Richard Attenborough, 1982), La Cité de la joie (Roland Joffé, 1992), ou Wolf (Mike Nichols, 1994).

Les années 2000 le voient venir vers le cinéma commercial où il apparaît régulièrement dans des rôles secondaires de poids. A noter les comédies Chachi 420 (Kamal Hasaan, 1997), Hera Pheri (Priyadarshan, 2000), Malamahal Weekly (Priyadarshan, 2006).
Et 3 projets en cours, dont Don 2 (rappel : Don, version SRK, passe le 9 septembre sur Arte en prime time !)

Aakrosh (La Rage, Govind Nihalani, 1980). L'oppression des paysans
Une satire cinglante de la lutte d'un paysan de base contre la cruauté du pouvoir des nantis : viols, arrestations sommaires, fausse justice et humiliations sont au centre de ce réquisitoire qui va très loin.
Un Filmfare pour Om Puri qui n'a aucun dialogue, si ce n'est un cri à la fin du film.
Réalisateur : Govind Nihalani
Héroïne : Smita Patil
Héros : Om Puri
Compositeur : Ajit Verman
Film non vu

Ardh Sathya (Demi-vérité, Govind Nihalani, 1983). Le portrait d'un policier
Un policier obsédé par l'honnêté voit sa carrière ralentie par des truands ou des politiciens qu'il menace.
Ce film, tiré d'une pièce marathie est considéré comme l'un des meilleurs films sur la vie d'un policier. Un Filmfare de meilleur acteur pour Om Puri sur qui le film repose.
Réalisateur : Govind Nihalani
Héroïne : Smita Patil
Héros : Om Puri
Compositeur : Ajit Verman
Notre avis : 2,5

East is East (Damien O'Donnell, 1999). Comédie
Linda Basset et Om Puri
Cette comédie britannique reprend un thème classique : celui du conflit des générations entre les immigrants de la première vague, en l'occurrence un Pakistanais qui s'est marié avec une Britannique, et leurs enfants qui se sont intégrés à la culture du pays où ils vivent.
Om Puri campe un père strict sur l'habillement, la nourriture, la religion, et la vie en général. Un rôle qui lui valut une nomination au BAFTA en Grande-Bretagne.
Réalisateur : Damien O'Donnell
Héroïne : Linda Bassett
Héros : Om Puri
Compositeur : Deborah Mollison
Film non vu

Hera Pheri (Priydarshan, 2000). Comédie à succès
Trois jeunes locataires en mal d'argent reçoivent un coup de fil mal connecté, destiné à un certain Devi Prasad, lui demandant une rançon pour lui rendre sa petite-fille kidnappée.
Profitant de ce méli-mélo téléphonique, les 2 locataires appellent Devi Prasad, un riche industriel, en se faisant passer pour les kidnappeurs de sa petite-fille ; ils lui demandent une énorme rançon qui devrait régler leur problèmes financiers...
La suite ? Beaucoup de pitreries, pour une idée de scénario qui méritait mieux.
Réalisateur : Priydarshan
Héroïne : Tabu
Héros : Akshay Kumar, Suniel Shetty, Paresh Rawal
Compositeurs : Anu Malik, Bally Sagoo
Chanteurs : Kavita, Richa, K.K., Abhijeet, Hariharan
Notre avis : 2,5

Et aussi : Mirch Masala (Colonialisme, Ketan Mehta, 1985), Dharavi (Social, Sudhir Mishra, 1992), In Custody (Tradition poétique ourdoue, Ismail Merchant, 1994), Bollywood Calling (Comédie, Nagesh Kukunoor, 2001), Dhoop (Fonctionnaires, Ashwini Chaudhary, 2003), The Hangman (Social, Vishal Bhandari, 2010)

2 commentaires:

Anonyme a dit…

East is East film non vu ?!

Sans doute parce que vous n'aviez pas fait le rapprochement entre le titre anglais effectif rebaptisé pour l'occasion française & belge : Fish & Chips ! disponible dans les bonnes distributions (si pas déjà vu en incollables et passionnés que vous êtes) ;)


Sara S.

Sally-Francois a dit…

Nous avons vu East is East plus tard en 2011 dubbé français car l'anglais n'était pas accessible (horrible pour la voix d'Om Puri).

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...