Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

lundi 31 janvier 2011

Les bayadères : Sirf Tum (1999)

Aujourd'hui, je vous propose une danse de séduction contemporaine, dont la tentatrice est l'une des meilleures danseuses de Bombay (avec Aishwarya, Madhuri et Urmila). Elue Miss Univers en 1994, elle interprète dans ce film la "méchante" qui veut piquer le fiancé d'une autre.

Cette chanson sensuelle a été tournée à Houston au Texas, entre autres en haut de l'Esperson Building, et devant le spectaculaire mur d'eau de la Transco Tower.
Réalisateur : Ahathian
Héroïnes : Priya Gill, Sushmita Sen (la danseuse)
Héros : Sanjay Kapoor (ajoutez-lui une moustache, et il ressemble à son frère aîné, Anil Kapoor)
Compositeurs : Nadeem-Shravan
Chanteuse : Alka

dimanche 30 janvier 2011

Dance India Dance (DID) Doubles : Abhinav et Sangeeta

C'est la première de Dance India Dance Doubles (DID Doubles). Alors voici quelques explications préliminaires.

Les candidats ont été sélectionnés parmi les milliers de postulants qui se sont présentés à Bombay, Delhi, Calcutta (au moins 2000 couples dans chaque grande ville !)

La saison commence avec les 12 meilleurs couples répartis en 3 équipes coachées par les juges chorégraphes que voici...

Les trois juges de DID Doubles 
De droite à gauche : Geeta Kapur (formée par Farah Khan, danse Bollywood), Rajeev Surti (hip-hop, Bollywood, jazz, classique indien) et Marzi Pestonji (assistant de Shiamak Dawar, danse contemporaine).

Le grand juge de l'émission est l'acteur Mithun Chakraborty, dit Mithunda ou Dada (il est bengali). Lorsqu'il fait un compliment, ce sont ses pieds que l'on vient toucher ou son accolade que l'on vient chercher. Respect !

Mithun, grand juge de DID Doubles

Voici le couple que j'ai préféré cette semaine : il s'agit d'Abhinav et Sangeeta de l'équipe de Geeta Kapur. Cliquez sur le lien, puis descendez jusqu'à la vidéo. Sangeeta danse les yeux bandés... une belle performance !
http://danceindiadance.in/contestants/2011/abhinav-and-sangeeta-contemporary-on-the-song-soniyo/

samedi 29 janvier 2011

Chanson de Khamoshi: The Musical (1996)

La chanteuse Kavita
Une très belle scène que cette chanson où l'on voit défiler divers moments du film.
L'héroïne enregistre son premier disque devant ses parents sourds-muets qui la regardent ébahis et fiers.
Réalisateur : Sanjay Leela Bhansali
Héroïne : Manisha Koirala
Héros : Salman Khan
Compositeurs : Jatin-Lalit
Chanteuse : Kavita


vendredi 28 janvier 2011

C'est dans quoi. Photo n° 21

Photo 20
Les Joueurs d'échecs
Sur la photo n° 20, on voit Shabana Azmi et Sanjeev Kumar dans le seul long métrage tourné en hindi par le réalisateur bengali Satyajit Ray, Les Joueurs d'échecs (ou The Chess Players, ou Shatranj Ke Khiladi, 1977).
Alors que les Anglais sont sur le point de rattacher à la Compagnie des Indes la région d'Awadh, musulmane et indépendante, deux amis jouent aux échecs sans se préoccuper des événements familiaux et politiques qui les entourent.

A
noter que ce film est projeté au musée Guimet à Paris le 20 avril à 12 h 15.
Pour plus de détails, voici le programme du musée jusqu'en juin 2011.



Photo 21
Une étoile montante du cinéma hindi dans...

Votre réponse via "Contact"

mercredi 26 janvier 2011

Les bayadères : Chandni (1989)

Le réalisateur Yash Chopra
Chandni est à classer dans la catégorie des films romantiques de Yash Chopra : une femme, deux hommes qui aiment cette même femme.
L'un d'eux va bien sûr se sacrifier et en sortira grandi.
Je vous passe les rebondissements du film pour ne pas gâcher votre plaisir.
Réalisateur : Yash Chopra
Héroïne et danseuse : Sridevi
Héros : Rishi Kapoor, Vinod Khanna
Compositeurs : Shiv-Hari, 2 musiciens classiques parmi les plus grands (Shivkumar Sharma, joueur de santour, et Hariprasad Chaurasia, flûtiste).
Sur une musique au tempo rythmé, Saroj Khan a inventé une chorégraphie inspirée par le sud de l'Inde, d'où Sridevi est originaire.


mardi 25 janvier 2011

Ciné-club : la musique

Krishna et sa flûte
Au pays de Saraswati, déesse de la Musique et des Arts, et du coquin Krishna, qui séduisait les bergères au son de sa flûte, on aime la musique sous toutes ses formes. 
C'est bien sûr le cinéma, qui apporte chaque semaine son lot de nouveautés, qui reste le plus grand pourvoyeur de musique et de chansons populaires.
Quelques films traitent d'ailleurs directement  de ce thème. En voici quelques exemples tirés de notre vidéothèque.

Baiju Bawra (1952). Classique
Le jeune Baiju, élevé par son père musicien, n'a qu'une idée en tête : défier le musicien de la cour d'Akbar, le célèbre Tansen, responsable de la mort de son père.
C'est bien sûr autour de la musique classique hindoustanie que le film s'articule. Dans l'histoire d'amour parallèle, ne pas oublier Meena Kumari qui gagne son premier Filmfare (c'était la première édition des Filmfare). 
Il en est de même pour le compositeur Naushad qui gagne ici le seul Filmfare de sa carrière.
Réalisateur : Vijay Bhatt
Héroïne : Meena Kumari
Héros : Bharat Bushan
Compositeur : Naushad
Chanteurs : Lata, Mohd. Rafi
Notre avis : 3/5

Khamoshi: The Musical (1996). Drame familial
A Goa, une jeune catholique chanteuse, dont les parents sont sourds-muets, tombe amoureuse d'un compositeur hindou. Les parents voient d'un mauvais œil cette mésalliance qui va, de plus, leur ôter le seul lien qu'ils ont avec l'extérieur. La jeune fille devra se battre...
Un film émouvant et tout en finesse où Manisha Koirala exploite au mieux tous ses talents et où Nana Patekar est étonnant en père handicapé. La maladie est traitée sans trop de pathos... mais le mouchoir peut s'avérer utile.
Réalisateur : Sanjay Leela Bhansali
Héroïnes : Manisha Koirala, Seema Biswas
Héros : Salman Khan, Nana Patekar
Compositeurs : Jatin-Lalit
Chanteurs : Kavita, Alka, Hariharan, Kumar, Udit
Notre avis: 4/5

Morning Raga (2004). Cinéma parallèle
Trois personnes qui ne se connaissent pas, mais qui ont connu un grand drame, se rencontrent et s'unissent par amour de la musique ; ils finissent par retrouver le plaisir de vivre qu'ils avaient perdu.
Ce film d'un réalisateur telougou, qui fait à la fois honneur à la musique carnatique et aux rythmes contemporains étudie avec sensibilité le profil et les réactions de chaque personnage.
Réalisateur : Mahesh Dattani
Héroïnes : Shabana Azmi, Perizaad Zorabian
Héros : Prakash Kovelamudi
Compositeurs : Mani Sharma, Amit Heri
Chanteurs : Bombay Jayashree, Kalyani Menon, Ranjani Ramakrishnan, Ramnath
Notre avis : 3,5/5

Woh Tera Naam Tha (2004). Musique salvatrice
Dans la région de Bhopal, un grand chanteur hindoustani abandonne ses activités. Lorsqu'il apprend qu'une de ses deux filles refuse le mari qu'il lui a choisi, il tombe gravement malade à l'indienne.
Pour payer les soins, ses deux filles décident de participer à un concours de chant qawwali. On se demande qui va gagner !
Beaucoup de fraîcheur dans ce film à petit budget qui se termine par une belle compétition de qawwali.
Réalisateur : Sandesh Kohli
Héroïnes : Kanchi Kaul, Shalini Pal
Héros : Gaurav, Amrish Puri, Arjan Bajwa
Compositeur : Roop Kumar Rathod
Chanteurs : Alka, Richa, Udit, Hariharan, Roop Kumar Rathod, Sabri Brothers
Notre avis : 3/5

Et aussi : Le Salon de musique (Satyajit Ray, 1958), Sur: The Melody of Life (Tanuja Chandra, 2002)

lundi 24 janvier 2011

Timbres : Bouddha


Si l'hindouisme est la religion prédominante en Inde, il existe une communauté minoritaire bouddhiste.
Selon le recensement de 2001, on comptait environ 8 millions de bouddhistes en Inde, dont la majorité au Maharashtra (voir plus loin).
En effet, Bouddha est passé en Inde : il a connu l'illumination à Bodhgaya (Bihar) où les actuelles communautés bouddhistes de nombreux pays ont élevé des temples et des monastères.
Il a également prononcé son premier discours à Sarnath (Uttar Pradesh), où l'on ne visite plus que des ruines.

Le bouddhisme a connu une renaissance, principalement au Maharashtra.
Ce mouvement fut en effet lancé par Bhimrao Ramji Ambedkar (1892-1956), l'un des pères de la Constitution indienne.
Né intouchable, il put suivre des études et atteindre un niveau jusqu'alors interdit à son statut.
Pour se libérer du carcan social, il se convertit au bouddhisme dans les années 1950, suivi dans ce mouvement par des milliers d'intouchables voulant connaître un meilleur sort. Ces conversions de masse se déroulent encore de temps à autre.
Une autre communauté bouddhiste, plus "naturelle" vit au nord du pays, principalement au Ladakh.

dimanche 23 janvier 2011

Saregamapa : la finale

Le candidat Kamal Khan
La finale, qui est passée à la télévision le 25 décembre, a duré près de 4 heures, dont au moins une heure de pub (généralement, on enregistre l'émission pour sauter ces pubs, sinon, c'est usant.). Elle s'est déroulée à Bombay au complexe sportif d'Andheri, devant un large public populaire.

Il s'agit un spectacle auquel ont participé les anciens candidats (même des années passées), les juges et deux chanteurs invités cette année : Mika Singh (frère de Daler Mehndi et chanteur de play-back), et surtout Ghulam Ali, maestro pakistanais du ghazal, très connu en Inde.
Ç'a été un plaisir de voir Ranjeet, notre "prince du ghazal" de cette saison, qui ne fait pas partie des finalistes, chanter en duo avec Ghulam Ali, qu'il rêvait de rencontrer. Personnellement, je préfère quand ils chantent séparément, mais il est intéressant de voir comment ils se passent le relais.
Ranjeet s'est aussi vu remettre un trophée par Jagjit Singh, grand chanteur indien de ghazal. Il devait être aux anges entre ces deux monstres sacrés originaires de pays ennemis.
Toute la scène consacrée au ghazal est sur cette vidéo (après 1 min de présentation).


Venons-en à l'annonce du résultat. C'est d'abord le 3e qui est annoncé : il s'agit de Bishakh qui gagne une année d'assurance (comme les 2 autres), et un deux-roues.
Puis on annonce le premier, et c'est... oui oui, Jean-Luc ! c'est Kamal, et c'est bien normal, car il chante dans tous les styles, sait improviser, et toujours d'une voix agréable à écouter même dans les hauteurs !
Kamal gagne un deux-roues et un 4x4.
Ce qui se passe ensuite est très bizarre ; on ne se soucie plus d'Abhilasha, qui a quand même terminé deuxième, on ne sait même pas ce qu'elle a gagné ! Toutes les remises de prix se sont faites ainsi depuis que nous regardons Saregamapa (4 ans, je crois). Ne pas être deuxième !

Si vous désirez voir toutes les chansons de l'émission de cette saison et de la finale du 25 décembre, allez à cette adresse et farfouillez dans les menus.
Voici l'article du Times of India sur la finale de l'émission.

En voyant à la télévision les trailers de Tees Maar Khan (Farah Khan, 2010), j'ai vu le nom de Kamal Khan au générique ; en effet, Vishal et Shekhar, juges de l'émission, sont les compositeurs de la musique de ce film ; ils ont dû donner un coup de pouce à leur "poulain", qui chante dans le chœur de la chanson Wallah Re Wallah.


L'émission qui remplace Saregamapa, est Dance India Dance (DID) Doubles. Je tâcherai de vous sélectionner les meilleurs moments de cette émission qui offre souvent de bonnes surprises chorégraphiques. Rendez-vous sur les pointes un de ces quatre !

samedi 22 janvier 2011

Chanson de film : Raja Babu (1994)

Le chanteur Kumar Sanu
Voici à quoi ressemblait Karisma Kapoor dans les années 1990, très à la mode avec sa belle chevelure bouclée.
Associée à Govinda, son partenaire habituel de comédie, on dirait qu'elle révise le Kamasutra en musique !
Réalisateur : David Dhawan
Héroïne : Karisma Kapoor
Héros : Govinda
Compositeurs : Anand-Milind
Chanteurs : Poornima, Kumar


vendredi 21 janvier 2011

C'est dans quoi ? Photo n° 20

Photo 19
3 Idiots
La photo n° 19 représente Aamir Khan dans l'un de ses récents succès, Three Idiots (Rajkumar Hirani, 2009).
Plusieurs d'entre vous ont pensé à Taare Zameen Par, mais ce qui est écrit au tableau ne laisse aucun doute : Rancho (Aamir Khan) invente des mots fabriqués avec les noms de ses amis, dont Farhan. Et ça, c'est dans 3 Idiots !

Après ses deux Munnabhai, Rajkumar Hirani signe ici un nouvel opus qui bat tous les records au box-office grâce à sa combinaison d'humour, d'amour et de philosophie de vie. C'est pas si idiot !


Au XIXe siècle, dans la région de Lucknow... 
(c'est l'indice pour la photo n° 20 ci-dessous).

 
Votre réponse via "Contact". Merci !

jeudi 20 janvier 2011

Chanson de Mooga Manasulu (1963, telougou)

Je suis tombée par hasard sur cette chanson telougou tirée d'un film qui a été retourné en hindi en 1967 sous le nom de Milan, et par le même réalisateur, Adurthi Subba Rao.
Je vous propose de voir la même scène dans les 2 films : la leçon de chant suivie d'une promenade en bateau à voile. Faites la comparaison !

D'abord l'original telougou avec Savitri (star féminine du Sud) et Akkineni. Un très beau noir et blanc.


Puis le remake hindi avec Nutan et Sunil Dutt (autre musique, et en couleurs).

mardi 18 janvier 2011

Ciné-club : Karisma Kapoor

Petite-fille de Raj Kapoor et fille de Babita et de Randhir Kapoor, Karisma Kapoor, née en 1974, appartient à la mythique famille qui marque le cinéma hindi depuis les années 1920, alors que le cinéma était encore muet.
Première fille née Kapoor à mettre le pied dans l'industrie cinématographique (au grand dam de toute la famille, mais pas de sa mère qui était aussi actrice avant son mariage avec Randhir), Karisma se fait un prénom grâce à ses talents d'actrice et de danseuse qui lui permettent de passer facilement du drame à la comédie.
Sa carrière, qui débute en 1991 et compte de nombreuses comédies à succès, en particulier avec les acteurs Govinda et Salman Khan, ne semble pas survivre à son mariage en 2003.
Sa sœur cadette, Kareena, a vaillamment repris le flambeau.

Raja Hindustani (1996). Amour
Une jeune fille riche fait la connaissance d'un chauffeur de taxi dans un petit village où elle vient séjourner. Elle est d'abord amusée par son mode de vie et sa philosophie et tombe amoureuse petit à petit. Aïe ! Papa et belle-maman ne sont pas contents et vont tenter de séparer les amoureux. Qu'ils sont méchants !
Ce film qui est couronné meilleur film de l'année, voit aussi ses acteurs principaux et ses compositeurs recevoir un Filmfare. Excellent divertissement. Si vous aimez Karisma et Aamir, n'hésitez pas.
Réalisateur : Dharmesh Darshan
Héroïne : Karisma Kapoor
Héros : Aamir Khan
Compositeur : Nadeem-Shravan
Chanteurs : Alka, Alisha, Sapna, Udit, Kumar
Notre avis : 3/5

Dil To Pagal Hai
(1998). Amour en musique
Un concepteur de spectacles à la recherche de nouvelles idées rencontre une danseuse dont il veut faire la vedette de son prochain show, aux dépens de sa meilleure amie, secrètement amoureuse de lui...
Et devinez quoi !
Meilleur film de l'année 1997 avec 8 Filmfare, cette histoire, somme toute classique, et pleine de bonne humeur, ravira les amateurs de musique (10 chansons) et de ballets.
Réalisateur : Yash Chopra
Héroïnes : Madhuri Dixit, Karisma Kapoor
Héros : SRK, Akshay Kumar
Compositeur : Uttam Singh
Chanteurs : Lata, Asha, Hariharan, Udit
Chorégraphes : Farah Khan, Shiamak Dawar pour les ballets de groupe
Notre avis : 3,5/5

Fiza
(2000). Drame familial
Pendant les émeutes inter-religieuses de 1993 à Bombay, le fils d'une famille musulmane disparaît. Sa sœur et sa mère vivent dans l'espoir qu'il reviendra un jour. Au bout de quelques années, sa sœur va partir à sa recherche et découvrir la vie cachée de son frère.
Superbement interprété, ce film met en avant les portraits féminins de la sœur combative et de la mère confiante en Allah.
Réalisateur : Khalid Mohamed
Héroïnes : Karisma Kapoor, Jaya Bachchan
Héros : Hrithik Roshan
Compositeurs : Ranjit Barot, Anu Malik
Chanteurs : Asha, Alka, Sunidhi, Shaukat Ali, Zubin Garg, Sonu, Udit
Notre avis : 3,5/5

Zubeidaa (2001) Amour          
Le fils d'une actrice morte mystérieusement, enquête sur la vie de sa mère : mariée par ses parents, elle divorce et laisse son enfant à sa famille. Tombée amoureuse d'un maharaja, la jeune femme, qui est musulmane, devient sa seconde épouse. Mais elle a du mal à accepter les coutumes hindoues et la première épouse de son mari.
Tiré de la véritable histoire de l'actrice du muet, Zubeidaa, ce film reconstitue les années 1950 avec une très belle image.
Réalisateur : Shyam Benegal
Héroïnes : Karisma Kapoor, Rekha
Héros : Manoj Bajpai
Compositeur : A.R. Rahman
Chanteurs : Lata, Alka, Kavita, Richa, Sukhwinder, Udit
Notre avis : 3,5/5

Et aussi : Raja Babu (Comédie, David Dhawan, 1994), Haseena Mann Jaayegi (Comédie, David Dhawan, 1999), Biwi n° 1 (Comédie, David Dhawan, 1999)

lundi 17 janvier 2011

Les Rokokitsch : Aap Beati (1976)

Scénario hyper classique pour ce film : une jeune fille travaille dans un magasin de chaussures, et un jeune homme riche tombe amoureux d'elle...
Voilà ce que cela donne dans une chanson un peu longue que seuls les plus courageux pourront regarder jusqu'au bout !
Réalisateur : Mohan Kumar
Héroïne : Hema Malini
Héros : Shashi Kapoor
Compositeurs : Laxmikant Pyarelal
Chanteurs : Lata, Kishore

dimanche 16 janvier 2011

Saregamapa : le Top 3

Aujourd'hui, c'est la dernière émission en studio avec les 3 meilleurs candidats de cette saison.
Dans une semaine aura lieu la finale qui se présente comme un spectacle à l'indienne d'une durée de 3 heures, en général en plein air ou dans un stade.
C'est à la fin de ce long spectacle que le classement des 3 premiers sera révélé (selon les votes par SMS), et les prix remis.

Voici donc le Top 3 dans sa dernière épreuve. Chacun va chanter 3 chansons, et c'est moi qui choisis une chanson par candidat !

Cette semaine, il vous faut suivre les liens. Si vous n'atterrissez pas pile sur la vidéo, descendez une chouillette et vous verrez et entendrez une chanson romantique par Bishakh, une chanson douce par Abhilasha, et une chanson rythmée par Kamal, chanson qui lui a pratiquement été imposée !

Encore une émission qui se termine avec le public en liesse et les juges sur scène. Ça sent la fin. Snif !
La semaine prochaine...

samedi 15 janvier 2011

Chanson de Mahal (1949)

Lata a chanté des milliers de chansons dont celle-ci, du film Mahal (Kamal Amrohi, 1949) qui fait maintenant partie du patrimoine indien. Elle a été filmée sur Ashok Kumar, et sur l'héroïne, Madhubala.
Ashok n'a pas oublié ses cigarettes !



Bonus du jour : un documentaire de 10 min tourné en couleurs par les Britanniques en 1938 à Delhi.

vendredi 14 janvier 2011

C'est dans quoi ? Photo n° 19

Photo n° 18
Satyam Shivam Sundaram
La jolie dame qui se voile le côté du visage, c'est Zeenat Aman dans le mémorable (pas toujours dans le bon sens) Satyam Shivam Sundaram (Raj Kapoor, 1978).
Film que Shashi Kapoor n'avait pu refuser à son frère aîné (on ne dit pas non à son aîné, m'enfin !).
La belle Zeenat a dû faire pencher la balance !



Qui a trouvé le nom du film ?

Photo n° 19
Réponse via "Contact"

mercredi 12 janvier 2011

Expo 2010 : le programme de Mughal-e-Azam (1960)



A gauche, la couverture de ce petit livre n'est certes pas très photogénique, mais il s'agit d'un programme d'origine de Mughal-e-Azam (K.Asif, 1960).
A droite, il s'agit des deux premières pages où vous reconnaissez du premier coup d'œil (évidemment !) l'empereur Akbar interprété par Prithviraj Kapoor, le papa de Raj dans la vie, et du prince Selim (Dilip Kumar) dans le film.

mardi 11 janvier 2011

Ciné-club : Ashok Kumar (1911-2001)

Ashok Kumar - c'est son nom de scène - naît en 1911 au Bengale dans une famille aisée. Ses deux frères, Kishore et Anoop, plus jeunes, lui emboîterons le pas dans les métiers du spectacle.

C'est par hasard qu'il commence sa vie d'acteur en 1936 en remplaçant un acteur licencié. Il travaille à l'époque dans le laboratoire des Bombay Talkies. C'est ainsi qu'il entame une carrière longue de 60 ans et de près de 300 films !
D'abord connu grâce à quelques films avec Devika Rani (voir cet article), dont la forte personnalité lui fait d'ailleurs de l'ombre, il quitte les Bombay Talkies, crée les Studios Filmistan avec des collègues et s'impose avec d'autres actrices par son jeu naturel, très différent du jeu théâtral de l'époque.
Il n'hésite pas à interpréter les anti-héros en 1943 dans Kismet qui est l'un des plus gros succès du box-office indien de cette époque. 
Puis viennent les années du film noir où il interprète criminels ou policiers avec le même sourire, une cigarette toujours à portée de main. La cigarette ne le quitte pas, même quand il joue un médecin à l'hôpital !
A la fin des années 1960, il passe aux seconds rôles, de pères puis de grands-pères. Ce sont ces années qui lui apportèrent le plus de récompenses grâce à RakhiAfsanaGumrah et Aashirwad. 
Après s'être éloigné des plateaux à partir des années 1980, on le revoit comme présentateur à la télévision. Très aimé de la profession, qui le surnommait amicalement Dadamoni, il laisse le souvenir d'un acteur affable et dévoué à son métier qui fut la première star masculine indienne, avant l'indépendance de l'Inde.

Achhut Kanya (1936). Social
Ashok  Kumar et Devika Rani
Un film osé pour l'époque car il reprend le thème des castes sous forme d'une histoire d'amour entre un brahmane et une intouchable.
C'est le premier film d'Ashok Kumar, avec la belle Devika Rani à ses côtés.
Il a été réalisé par Franz Osten, un cinéaste allemand qui a tourné des films muets en Inde (Lights of Asia) dès 1929.

Je ne peux vous en dire plus, car nous n'avons pas vu ce film qui n'existe pas en DVD, à ma connaissance. Les Archives du cinéma indien s'en occuperont peut-être un jour, mais il est vrai que l'Inde a d'autres chats à fouetter !

Mahal (1949). Réincarnation
Ce film, qui est l'un des premiers films parlants à traiter de la réincarnation, est nimbé dans l'atmosphère surnaturelle d'une ancienne demeure, encore accentuée par la musique et la voix de Lata et la célèbre chanson Aayega Aanewala (je vous la passe samedi)
Madhubala, qui n'a que seize ans dans le film va alors devenir la coqueluche du public puis la star que l'on connaît.
Réalisateur : Kamal Amrohi
Héroïne : Madhubala
Héros : Ashok Kumar
Compositeur : Khemchand Prakash
Chanteurs : Lata, Zohrabai Ambalawali, Rajkumari
Notre avis : 3/5

Howrah Bridge
(1958). Thriller
Ashok Kumar et Madhubala
Un homme arrive à Calcutta afin d'y enquêter sur le meurtre de son frère qui était en possession d'un bijou d'une grande valeur. Grâce à son conducteur de calèche, il s'insinue dans les bas-fonds de la ville et dans un cabaret où il rencontre une charmante jeune danseuse...
Dans ce policier, où l'intrigue s'avère un peu légère, on tombe sous le charme de Madhubala et de la musique d' O.P. Nayyar, toujours en adéquation avec l'histoire.
Réalisateur : Shakti Samanta
Héroïne : Madhubala
Héros : Ashok Kumar (peut-être un peu âgé pour le rôle)
Compositeur : O.P. Nayyar
Chanteuse : Asha
Notre avis : 3/5

Chalti Ka Naam Gaadi
(1958). Comédie, votre prochaine Filmiscopie !
De g. à dr. : les 3 frères Kumar
Anoop, Ashok et Kishore
Trois frères, dont l'aîné déteste les femmes, tiennent un garage à Bombay. Un soir de pluie, une jolie jeune femme, tombée en panne, vient demander de l'aide. C'est le frère cadet qui va s'occuper de sa voiture.
Cette joyeuse comédie qui cache aussi une intrigue secondaire est l'occasion de voir jouer le couple formé par les populaires Kishore et Madhubala, qui ne sont pas encore mariés ensemble. Un classique de la comédie hindie aux accents de Feydeau.
Réalisateur : Satyen Bose
Héroïne : Madhubala
Héros : les 3 frères Kumar, Ashok, Anoop et Kishore
Compositeur : S.D. Burman
Chanteurs : Asha, Manna, Kishore
Notre avis : 3,5/5


Et aussi : Ek Hi Raasta (Social, B.R. Chopra, 1956), Kanoon (Justice, B.R. Chopra, 1960), Gumrah (Social, B.R. Chopra, 1963), Bandini (Amour, Bimal Roy, 1963), Aashirwad (Famille, Hrishikesh Mukherjee, 1968)...

lundi 10 janvier 2011

Les bayadères : Mangal Pandey, The Rising (2005)

Dans ce film historique qui se déroule en 1857 pendant la révolte des cipayes, premier pas vers l'indépendance de l'Inde, le héros, qui boit seul dehors, s'imagine son aimée dansant pour les soldats anglais. Oui, c'est maso !
Réalisateur : Ketan Mehta
Héroïne et danseuse : Rani Mukherji (en rose)
Héros : Aamir Khan
Compositeur : A.R. Rahman
Chanteuses : Kavita Krishnamurty, Reena Bhardwaj

dimanche 9 janvier 2011

Saregamapa avec Richa Sharma

Manish, le présentateur de l'émission
Je connaissais la voix de Richa Sharma qui est chanteuse de play-back depuis la fin des années 1990, mais je ne l'avais jamais vue.
Je dois dire qu'elle m'a impressionnée et donné des frissons dans le dos quand elle a commencé à chanter en direct cette chanson de Om Shanti Om composée par Vishal et Shekhar qui vont chanter avec elle.
Je suis heureuse de cette découverte que je peux partager avec vous !


Puisqu'il ne reste que 4 candidats en lice, je vous les présente tous, chacun en duo avec Richa Sharma.
Je commence par Suganddha et une très belle chanson de Musafir. Superbe symbiose entre les 2 chanteuses.


Voici maintenant Kamal, dans une chanson de My Name is Khan. Quel plaisir !


Puis Abhilasha avec une chanson du film Kaante. Dommage que Daler soit venu se joindre au duo, qu'il a détruit par une voix trop forte. C'est mon avis (mais pas celui des juges).


Enfin Bishakh, notre Bengali, dans une chanson de Dhan Dhana Dhan... Goal.

samedi 8 janvier 2011

Chanson de Mann (1999)

Le chanteur Udit Narayan
Dans le mélo Mann (j'ai fait un jeu de mots involontaire !), Manisha Koirala et Aamir ont tourné une chanson en Thaïlande dans les ruines d'Ayuthaya et devant divers autres monuments du pays.
Ce qui nous donne de belles cartes postales où Manisha est en train de rêver, ou plutôt de cauchemarder qu'elle a de la concurrence !
Réalisateur : Indra Kumar
Héroïne : Manisha Koirala
Héros : Aamir Khan
Compositeurs : Sanjeev-Darshan
Chanteurs : Alka, Udit


vendredi 7 janvier 2011

C'est dans quoi ? Photo n° 18

C'est reparti pour un tour. Dans 3 mois, 3 nouveaux gagnants entendront résonner les trompettes de la renommée !
Et pour commencer l'année... la photo n° 18. Réponses via "Contact". Merci !


Si votre nom figure sur le tapis rouge du palmarès du 17 décembre, n'oubliez pas de nous envoyer votre adresse. Via "Contact", il n'y a que nous qui la connaîtrons, pas le FBI ! 

jeudi 6 janvier 2011

Pub d'hier : les tissus

Cette publicité extraite du magazine Filmfare du 29 septembre 1967, prouve, s'il en était besoin, que la tradition reste le maître-mot en Inde.
Le groupe Mafatlal, qui existe toujours, est aussi maintenant fournisseur des uniformes d'entreprises et d'écoles. Ça en fait des petits écoliers à habiller !
http://www.mafatlals.com/Product.html

mardi 4 janvier 2011

Bollywood 2010 - 56es Filmfare

Le début de l'année marque les remises de prix dans l'industrie cinématographique hindie. 
Les 56es Filmfare auront lieu le 29 janvier prochain.

Nous vous proposons d'élire vos propres Filmfare en nous faisant part de vos choix.
En 2010, 122 films hindis sont sortis (selon la liste du magazine Filmfare daté du 5 janvier) ; ils figurent tous ci-dessous (en rouge, les films que nous avons vus).
Nos cinq préférés sont, en alpha, Aakrosh, City of Gold, Once Upon a Time in Mumbaai, Raajneeti et Robot. Et dans les films insolites, Tere Bin Laden et Love Sex Aur Dhoka.
Et vous ? Qu'avez-vous préféré ?
Répondez-nous via "Commentaires" en bas de cet article, pour que d'autres lecteurs puissent en profiter et vous répondre.
Vous avez la parole !

332 Mumbai To India
A Flat
Aakhri Decision
Aakrosh
Aashayein
Action Replayy
Admissions Open
Aisha
Anjaana Anjaani
Antardwand
Apartment
Ashok Chakra
Atithi Tum Kab Jaoge?
Badmaash Company
Bal Hanuman 2
Band Baaja Baaraat
Benny Aur Babloo
Break Ke Baad
Bumm Bumm Bole
Chance Pe Dance
Chase
City of Gold
Click
Crook: It’s Good To Be Bad
Daayen Ya Baayen
Dabangg
Diwangi Ne Had Kar Di
Do Dooni Chaar
Dulha Mil Gaya
Dunno Y Na Jaane Kyun...
Dus Tola
Ek Second...Jo Zindagi Badal De?
Emotional Atyaachar
For Real
Golmaal 3
Gumshuda
Guzaarish
Hello Darling
Hello Hum Lallan Bol Rahe Hain
Hello Zindagi
Hide and Seek
Hisss
Housefull
Hum Tum Aur Ghost
I Hate Luv Storys
Idiot Box
Ishqiya
Isi Life Mein
Jaane Kahan Se Aayi Hai
Jhootha Hi Sahi
Karthik Calling Karthik
Khatta Meetha
Khelein Hum Jee Jaan Sey
Khichdi
Khudam Kasam
Kites
Knock Out
Krantiveer: The Revolution
Kuchh Kariye
Kushti
Lafangey Parindey
Lahore
Lamhaa
Life Express
Love Sex Aur Dhokha
Maalik Ek
Madholal Keep Walking
Mallika
Milenge Milenge
Mirch
Mittal vs Mittal
Musaa
Muskurake Dekh Zara
My Friend Ganesha 3
My Name is Khan
Na Ghar Ke Na Ghaat Ke
Nakshatra
No Problem
Once Upon a Time in Mumbaai
Paathshaala
Pankh
Payback
Peepli Live
Phas Gaye Re Obama
Phoonk 2
Prem Kaa Game
Prince
Pyaar Impossible
Raajneeti
Raavan
Rakht Charitra 1
Rakht Charitra 2
Ramaa: The Saviour
Ramayan
Rann
Red Alert: The War Within
Right Yaaa Wrong
Road To Sangam
Road, Movie
Robot
Rokkk
Sadiyaan
Sapno Ke Desh Mein
Shaapit
Shahrukh Bola Khoobsurat Hai Tu
Soch Lo
Striker
Swaha
Teen Patti
Tees Maar Khan
Tere Bin Laden
Thanks Maa
The Great Indian Butterfly
Toh Baat Pakki
Toonpur Ka Superhero
Trump Card
Tum Milo Toh Sahi
Udaan
Veer
Vroom
We Are Family
Well Done Abba

lundi 3 janvier 2011

Livre photos : Inde

La semaine dernière, j'ai été gâtée ; on m'a offert un superbe livre doré sur tranche, au titre très simple : Inde.

A l'intérieur, près de 450 photographies provenant des archives de l'agence Getty, qui racontent l'histoire de l'Inde depuis 1857 (révolte des cipayes) jusqu'à nos jours. Je ne me lasse pas de le feuilleter.


Inde de S. Prasannarajan
Editions Place des victoires
30 x 30 cm, 430 pages (près de 3 kg)
Prix : le père Noël n'est pas une ordure !

dimanche 2 janvier 2011

Saregamapa avec Bappi Lahiri

Charmant personnage rondelet, Bappi Lahiri, communément appelé Bappida (le -da étant l'équivalent bengali du -ji hindi) est un compositeur-chanteur ayant connu son heure de gloire à la période du disco.

Il arbore constamment un nombre impressionnant de chaînes en or (encore de la superstition) qu'il n'hésite pas à distribuer, comme Hrithik l'a fait avec des chèques quelques semaines avant.

Ses chansons rythmées sont encore dans toutes les mémoires, comme vous allez le constater.

Kamal chante l'un des nombreux succès composés et interprétés par Bappi, tiré du fameux film Disco Dancer, qui fut un immense succès populaire en 1982. Fort satisfait, Bappi va offrir à Kamal une de ses chaînes, et quelques vers en musique.


Puis voici Ali, qui interprète la chanson-titre du même film, Disco Dancer, qui a aussi franchi la frontière du Pakistan. Et l'émission se termine le plus joyeusement du monde avec toute l'équipe sur scène (les filles toujours à l'écart).


samedi 1 janvier 2011

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...