Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

mardi 31 août 2010

Ciné-club : l'infidélité

En Inde, où on prône la famille, l'infidélité n'entre pas dans le schéma normal d'une vie. Mais le cinéma, qui peut prendre ses distances, nous a livré quelques films où la famille traditionnelle est durement malmenée.

Silsila (Yash Chopra, 1981). Amour
Rekha et Amitabh Bachchan
Deux frères orphelins, l'un poète et l'autre pilote de chasse, sont si proches l'un de l'autre qu'ils décident de se marier le même jour avec leurs fiancées.
Malheureusement, la mort du pilote oblige le poète à se marier avec la fiancée enceinte de son frère, bien qu'il soit amoureux d'une autre jeune femme...
Ce film fit grand bruit en Inde car il regroupait, dans des rôles identiques à la réalité, le mari, la femme et la maîtresse (Amitabh, Jaya et Rekha). C'est le dernier  film que Rekha et Amitabh ont tourné ensemble.
Réalisateur : Yash Chopra
Héroïnes : Jaya Bachchan, Rekha
Héros : Amitabh Bachchan, Shashi Kapoor, Sanjeev Kumar
Compositeurs : Shiv-Hari
Chanteurs : Lata, Pamela Chopra, Kishore
Notre avis : 2,5

Masoom (L'Innocent, Shekhar Kapur, 1983). Psychologique
Le jeune acteur Jugal Hansraj
Une famille vit heureuse jusqu'au jour où le père doit présenter son enfant illégitime, qui sera diversement accepté par ses deux enfants et son épouse.
Une histoire émouvante brillamment interprétée, qui emporte quelques prix amplement mérités. C'est le premier film réalisé par Shekhar Kapur qui a su s'entourer de spécialistes du cinéma d'auteur, en l'occurrence Gulzar, qui a écrit le scénario et les dialogues, et les acteurs principaux qui évoluent dans ce domaine depuis les années 1970.
Réalisateur : Shekhar Kapur
Héroïne : Shabana Azmi
Héros : Naseeruddin Shah, Jugal Hansraj
Compositeur : R.D. Burman
Chanteurs : Lata, Suresh Wadkar
Notre avis : 3,5/5

Biwi n° 1 (L'Epouse n° 1, David Dhawan, 1999). Comédie
Sushmita Sen et Salman Khan
Un jeune publicitaire marié et père de 2 enfants tombe amoureux d'une top model et commence à mener une double vie entre sa femme, qui respecte la tradition, et sa maîtresse libérée de toutes contraintes.
Le jour où il part en voyage avec sa femme n° 2, il rencontre des amis à l'aéroport...
Salman, qui excelle dans ces rôles de mari volage, prouve que la comédie est son terrain de prédilection.
Biwi n° 1 est l'un des grands succès de l'année 1999.
Réalisateur : David Dhawan (spécialiste des comédies)
Héroïnes : Karisma Kapoor, Sushmita Sen
Héros : Salman Khan, Anil Kapoor
Compositeurs : Anu Malik
Chanteurs : Kavita Krishnamurthy, Alka Yagnik, Abhijeet Bhattacharya, Shankar Mahadevan, Sukhwinder Singh
Notre avis : 3/5

Nishabd (Ram Gopal Varma, 2007). Démon de midi
Jiah Khan et Amitabh Bachchan
Des parents invitent une amie de leur fille à passer les vacances dans leur maison au Kerala. Sans complexes et très extravertie, l'amie tombe amoureuse du père, dont la vie est bouleversée par cet attachement qui est réciproque.
Un coup de chapeau à Amitabh Bachchan qui a osé jouer ce rôle (on le lui a reproché) et qui démontre encore que son talent n'est pas épuisé. Le film dont le thème est celui de Lolita de Nabokov n'a bien sûr pas plu en Inde. 
Réalisateur : Ram Gopal Varma
Héroïnes : Jiah Khan, Revathy
Héros : Amitabh Bachchan
Compositeur : Vishal Bhardwaj
Chanteurs : Jiah Khan, Amitabh Bachchan
Notre avis : 3,5/5

Et aussi : Pati Patni Aur Woh (Comédie, B.R. Chopra, 1978), Astitva (Mahesh Manjrekar, 2000), KANK (Karan Johar, 2006), Life in a Metro (Anurag Basu, 2007)

lundi 30 août 2010

Le mehndi

A l'occasion d'un mariage ou d'une fête, les femmes se font dessiner un mehndi (dessin à la pâte de henné) sur les mains ou les pieds. La mariée en porte toujours.
Voici un exemple accompagné d'une chanson par Alka.



J'ai trouvé un autre exemple, très spectaculaire, où la future mariée (la jeune femme blonde, sans doute NRI) et son groupe d'amies se font dessiner des mehndi

dimanche 29 août 2010

Mosquées de Hyderabad

© Bollymages. Hyderabad, janvier 2006.

Au premier plan, on voit le bassin d'ablution et un minaret de la Mecca Masjid, ainsi nommée pour rappeler que des briques provenant de La Mecque font partie de son arche centrale.
A l'arrière plan, se détache la silhouette du Char Minar (quatre minarets), emblème de Hyderabad, situé au cœur d'un quartier commerçant de la vieille ville.

samedi 28 août 2010

Chanson de Silsila (1981)

Rekha et Amitabh Bachchan, c'est bien connu, ont connu une liaison qui s'est terminée en 1981 avec Silsila. Depuis, ils n'ont jamais tourné ensemble, et ils s'éviteraient même lors des événements professionnels.
Cette chanson de Holi (surnommée fête des Couleurs), interprétée par Amitabh Bachchan lui-même, est à classer dans le panthéon des musiques de films.
Réalisateur : Yash Chopra
Héroïnes : Jaya Bachchan, Rekha
Héros : Amitabh Bachchan, Shashi Kapoor, Sanjeev Kumar
Compositeurs : Shiv-Hari
Chanteur : Amitabh Bachchan

Il y a 2 surprises sous la vidéo (merci Josette et Mounir !)

vendredi 27 août 2010

C'est dans quoi ? Photo n° 2

Alors voilà : la photo n° 1 est extraite de Rab Ne Bana Di Jodi (Aditya Chopra, 2009) et plus exactement de la chanson Phir Milenge Chalte Chalte, où Kajol fait une simple apparition auprès de SRK.
Cette image se trouve dans la première minute de la chanson, qui figure 2 fois dans ce blog (mais où avais-je la tête ?).

Qui a donné la bonne réponse ?
Claire (pas de nom de ville, mais elle se reconnaîtra), qui est la première gagnante,
Michaelle, au Lamentin, en Martinique,
Antoine, au Pré-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis,
Josette, à Saint-Germain-lès-Corbeil, dans l'Essonne.

Pour répondre à ce jeu, merci de cliquer sur "Contact" en haut à droite (vous n'êtes pas obligés de donner votre e-mail). Ainsi vos réponses n'apparaissent pas sur le blog et le jeu peut continuer pendant une semaine. Merci !

Voici donc la photo n° 2. Non, c'est pas Shahrukh...
A vous de trouver le film !

jeudi 26 août 2010

Expo 2010 : affiche de Mother India

Film mythique, culte et même plus, Mother India est un classique qui touche très profondément les Indiens.
Le titre à lui seul en dit long.

Cette affiche d'environ 50 x 75 cm est l'une des nombreuses affiches régionales du film : en effet, le titre figure, de bas en haut, en anglais, ourdou, hindi et gujarati (je ne suis pas sûre du dernier).

Réalisé en 1957 par Mehboob Khan, Mother India a largement contribué à considérer Nargis comme l'une des grandes actrices de l'âge d'or du cinéma indien.

mercredi 25 août 2010

Chansons sous la pluie : Varsham (2004)

Je vous l'avais promise l'autre jour, voici une chanson sous la pluie du film telugu Varsham, gros succès plusieurs fois récompensé en 2005, lors des Filmfare du Sud.
Réalisateur : Sobhan
Héroïne : Trisha 
Héros : Prabhas (le moustachu en chemise blanche, et le baiser au rouge à lèvres)
Compositeur : Devi Sri Prasad
Chanteurs : Kalpana, Mallikarjun
Chorégraphe : Lawrence Raghavendra
Sous-titres polonais !

mardi 24 août 2010

Ciné-club : Rekha

Rekha en 2010
Bhanurekha Ganesan, connue sous le nom de Rekha est née à Chennai (Tamil Nadu) en 1954, de parents acteurs non mariés (c'est suffisamment rare pour être signalé), Gemini Ganesan et Pushpavalli, qui étaient de grandes stars dans le Sud.

Actrice changeante à la personnalité mystérieuse, elle  a tourné environ 180 films au long d'une carrière qui dure depuis 40 ans.
Elle débute en effet en 1966 sous le nom de Baby Banurekha dans des films telugu puis kannara avant de se retrouver à Bombay en 1970 dans son premier film en hindi, Sawan Bhadon de Mohan Segal. Ses premiers réalisateurs lui offrent des rôles glamour, plutôt sans grand intérêt.
Enfin, en 1976, on la remarque pour son interprétation d'une femme ambitieuse face à Amitabh Bachchan, dans Do Anjaane (Dulal Guha).
Son rôle de femme violée dans Ghar (Manik Chatterjee, 1978) lui offre sa première nomination de meilleure actrice et un nouveau rôle d'héroïne avec Amitabh Bachchan dans Muqaddar Ka Sikandar (Prakash Mehra) la même année.
Le couple d'écran Rekha-Amitabh est dorénavant synonyme de succès ; il tournent alors de nombreux films ensemble et connaissent une liaison qui fait les choux gras de la presse, liaison qui s'arrête avec le film Silsila (Yash Chopra, 1981).
Durant l'après-Bachchan, Rekha se tourne vers le cinéma d'auteur et devient l'héroïne de l'un des films les plus prestigieux du cinéma indien, Umrao Jaan (Muzaffar Ali, 1981), qui décrit la vie d'une jeune fille kidnappée et vendue pour devenir tawaif.
Durant cette période de cinéma parallèle, on la voit aussi dans Kalyug (Shyam Benegal, 1981 ), Baseraa (Ramesh Talwar, 1981), Utsav (Girish Karnad, 1984) et Ijaazat (Gulzar, 1987).

Les années 1990 furent moins brillantes malgré de nombreux films où elle joue toujours l'héroïne, alors que les autres actrices de sa génération sont reléguées aux seconds rôles de mère ou de tante. A noter le très controversé Kama Sutra: A Tale of Love (Mira Nair, 1996) et le grand succès de Khiladiyon Ka Khiladi (Umesh Mehra,1996), où elle interprète une femme gangster.

Depuis 2000, elle apparaît dans des rôles plus ou moins importants comme dans Lajja (Rajkumar Santoshi, 2001), Zubeidaa (Shyam Benegal, 2001), et Koi... Mil Gaya (Rakesh Roshan, 2003) et sa suite Krrish, où elle joue la mère de Hrithik Roshan.
Bien que tournant très peu, une apparition publique de Rekha, qui s'impose par sa beauté et l'élégance de ses saris, s'avère toujours un événement pour la presse.

Khubsoorat (Joli minois, 1980) Comédie
Rekha et Rakesh Roshan
Une famille est menée à la baguette par la mère ; personne n'ose la contredire. Le jour où le fils aîné se marie, il revient vivre chez ses parents avec son épouse et la sœur de cette dernière, qui va rallier tous les membres de la famille pour faire changer la hiérarchie dans la maison.
La mère résiste jusqu'au jour où le sort lui montrera qui a raison.
Jolie comédie pleine de vivacité et d'humour où les aînés finissent par réaliser leurs erreurs. Un rôle qui donne à Rekha un Filmfare de meilleure actrice.
Réalisateur : Hrishikesh Mukherjee
Héroïnes : Rekha, Dina Pathak
Héros : Ashok Kumar, Rakesh Roshan (père de Hrithik)
Compositeur : R.D. Burman
Chanteurs : Asha, Sapan Chakraborty
Notre avis : 2/5


Umrao Jaan (1981). Classique
Rekha et Farooq Shaikh
Une jeune fille est vendue à une mère maquerelle pour pour faire d'elle une tawaif, une courtisane versée en danse, poésie, chant.  Le fils du nawab tombe amoureux d'elle, mais en Inde, une courtisane n'échappe pas à sa destinée : elle reste courtisane et célibataire, gardant pour elle sa mauvaise réputation.
Un fils mythique qui donne un tournant à la carrière de Rekha, qui reçoit un National Award pour son interprétation.
Réalisateur : Muzaffar Ali
Héroïne : Rekha
Héros : Farooq Shaikh
Compositeur : Khayyam (récompensé)
Chanteuse : Asha
Notre avis : 4,5/5


Lajja (Rajkumar Santoshi, 2001). Militant féministe
Manisha Koirala (g.) et Rekha
A travers les problèmes de 4 femmes très différentes, que le hasard va rassembler, le metteur en scène réalise un film engagé sur la condition féminine de nos jours en Inde.
Peu apprécié dans son pays, ce film rassemble cependant des actrices très appréciées par le public ; en Inde, la condition féminine n'est pas un sujet clé...
Réalisateur : Rajkumar Santoshi
Héroïnes : Manisha Koirala, Madhuri Dixit, Rekha, Mahima Chaudhury
Héros : Anil Kapoor, Jackie Shroff
Compositeurs : Ilayaraja (bande originale), Anu Malik (chansons)
Chanteurs : Lata, Shobha, Alka, Richa, Sonu, Kay Kay
Notre avis : 3/5


Krrish (Rakesh Roshan, 2006). Science-fiction.

Né avec des superpouvoirs qu'il a hérités de son père (voir Koi...Mil Gaya), un jeune homme quitte sa mère pour suivre la jeune fille qu'il aime jusqu'à Singapour. Ses pouvoirs font de lui un super-héros appelé Krrish qui va déjouer les plans du sinistre Arya, un scientifique mégalomaniaque qui veut changer le futur.
Ce film, qui tient à la fois de Superman et de James Bond est un divertissement pour petits et grands, fort bien filmé, où Krissh devient le super-héros indien de notre époque.
Réalisateur : Rakesh Roshan
Héroïne : Priyanka Chopra, Rekha
Héros : Hrithik Roshan
Compositeur : Rajesh Roshan
Chanteurs : Shreya, Alka, Sonu, Udit
Notre avis : 3,5/5


Et aussi : Ghar (Drame social, Manik Chatterjee, 1978), Khoon Bhari Maang (Vengeance féminine, Rakesh Roshan, 1988), Phool Bane Angaarey (Action, K.C. Bokadia, 1991), Khiladiyon ka Khiladi (Action, Umesh Mehra, 1996), Zubeidaa (Biographie, Shyam Benegal, 2001), Koi... Mil Gaya (Science-fiction, Rakesh Roshan, 2003)

lundi 23 août 2010

Les compositeurs (6b)

Voici maintenant la seconde partie des compositeurs des années 2000, consacrée aux duos et à un trio.
La première partie est à un click.

Jatin-Lalit
Ces deux frères, dont le père était aussi compositeur, sont les dignes héritiers de R.D. Burman. Avec leurs nouveaux arrangements de thèmes romantiques, ils ont commencé à marquer la musique de film à dater de 1992.
Souvent sollicités par les réalisateurs Karan Johar et Aditya Chopra, ils ont composé des musqiues qui font partie de la vie quotidienne en Inde.
Les deux frères se sont séparés en 2006 pour suivre des carrières différentes.
Parmi leurs œuvres les plus connues (et leurs 11 nominations), figurent entre autres K3G (Karan Johar, 2001), Mohabbatein (Aditya Chopra,2000), Chalte Chalte (Aziz Mirza, 2003), Hum Tum (Kunal Kohli, 2004) ou Fanaa (Kunal Kohli, 2006).

Shankar-Ehsaan-Loy
Le groupe formé par Shankar Mahadevan, Ehsaan Noorani et Loy Mendonsa (de g. à dr.). est composé de 3 personnalités venant d'horizons différents.
Alors que Shankar est ingénieur en informatique, il étudie les musiques classiques carnatique et hindoustanie, avant de devenir chanteur de play-back dans les films Pukar et Biwi No.1.
Ehsaan Noorani étudie la musique à Los Angeles en liaison directe avec des musiciens occidentaux, puis débute en composant des jingles publicitaires tout en faisant partie d'un groupe de jazz.
Loy Mendonsa, quant à lui, étudie la musique occidentale avant de passer à la musique classique indienne. Aussi membre de plusieurs groupes musicaux, il joue dans des comédies musicales et compose des jingles et des thèmes musicaux pour la télévision à Delhi.
C'est à Bombay qu'ils se trouvent ensemble sur un projet télévisuel et finissent par former un trio qui va bientôt voler de succès en succès.

Après quelques premières musiques qui passent inaperçues (en même temps que les films), c'est Mission Kashmir, en 2000, qui marque le début de leur montée en puissance, puis Dil Chahta Hai (Farhan Akhtar, 2001), Kal Ho Naa Ho (Nikhil Advani, 2003), Bunty Aur Babli, KANK, Don: The Chase Begins Again, My Name is Khan, et j'en passe !

Formant un groupe complet où chacun apporte son expérience, S.E.L. a encore de beaux jours en vue, si l'on en juge par leurs 6 projets en cours.


Vishal-Shekhar
Vishal Dadlani (à g.) et Shekhar Ravjiani  ont connu leur premier succès avec le film Jhankaar Beats (Sujoy Ghosh, 2003) qui leur rapporte le R.D. Burman Award.
Ils continuent sur leur lancée avec Musafir (Sanjay, Gupta, 2004) dont la musique allie les sons indiens et la musique techno. L'année 2005 est très fertile pour eux avec 3 films à succès : Salaam Namaste, Dus et Bluffmaster
Ne pas oublier Om Shanti Om, Tashan, Bachna Ae Haseeno et Dostana.
Avec 2 personnalités différentes, le duo sait se séparer afin que chacun ait sa propre vie : Vishal est parfois le chanteur du groupe de rock Pentagram, et Shekkar s'adonne plus au chant classique hindoustani.
Leurs goûts différents expliquent sans doute la réussite de ce duo.
Ils n'ont pas échappé au rôles de juges dans l'émission Saregamapa dont je vous rebats parfois les oreilles !

Salim-Suleiman 
Les frères Salim (à dr.) et Sulaiman Merchant sont originaires du Gujarat.
Après 5 années de composition de bandes originales et de chansons (il s'agit là de 2 activités différentes), il se font remarquer pour la bande originale de Bhoot (Ram Gopal Varma, 2004) qui donne son ambiance sonore au film (une histoire de fantôme).
Chanteurs et compositeurs de musiques de films, ils comptent à leur actif quelques titres ou bandes originales de films bien connus, tels Dhoom (Sanjay Gadhvi, 2004), Mujhse Shaadi Karogi (David Dhawan, 2004), Krissh (Rakesh Roshan, 2006), Rab Ne Bana Di Jodi (Aditya Chopra, 2008) ou Fashion (Madhur Bhandarkar, 2008).
Les deux frères composent aussi pour des groupes d'indi-pop et des publicités télévisées ; Salim a souvent été chanteur de play-back.

dimanche 22 août 2010

Y a d'la joie !

© Bollymages. Darasuram, octobre 1992


A l'entrée du temple de Darasuram (Tamil Nadu), un groupe d'enfants répond à nos mimiques par un grand éclat de rire. Ça fait du bien à tout le monde !

samedi 21 août 2010

Chanson de An Evening in Paris (1967)

Dans An Evening in Paris, le double rôle de Sharmila Tagore lui permet d'interpréter une danseuse de cabaret et d'apparaître un peu dévêtue (remarquez le collant noir, quand même).
Dans ce même film, on la voit vaguement en maillot de bain (une pièce), ce qui a fait monter la température en Inde. Dans la même idée, elle a posé en bikini pour le magazine Filmfare en 1967.
Réalisateur : Shakti Samanta
Héroïne : Sharmila Tagore
Héros : Shammi Kapoor
Compositeurs : Shankar-Jaikishan
Chanteuse : Asha Bhosle

vendredi 20 août 2010

C'est dans quoi ? Photo n° 1

Voici la première photo de notre grande compétition où il n'y a rien à gagner hormis le plaisir de jouer.
Aujourd'hui, c'est pas trop difficile, mais je vous promets que d'ici peu, vous aurez à vous creuser les méninges !


Vous avez trouvé ? Alors répondez-nous uniquement via "Contacts", en haut à droite. Merci bien !
A la semaine prochaine pour le titre, le nom du gagnant et une nouvelle photo !


Hi everyone ! 
This is the first picture of our big game : if you know the title of the film this photo comes from, just send us your answer via "Contact " onlywith your first name and city. Nothing to win, though ! 
See you next week for the result and photo n° 2 !

jeudi 19 août 2010

Danse classique : le mohiniyattam

Cette danse classique, dont le nom signifie "danse de l'enchanteresse", est originaire du Kerala, dans le sud de l'Inde. On y retrouve les influences du bharata natyam et du kathakali, mais sa principale caractéristique réside dans ses mouvements langoureux censés rappeler le balancement des palmes de cocotiers ou les vagues des cours d'eau.
Observez aussi les mouvements des yeux, des mains et des doigts qui sont particulièrement élaborés.
Cette représentation a été donnée à Chennai au Tamil Nadu.


Il existe un DVD entièrement consacré à cette danse. Il s'agit d'un documentaire de Adoor Gopalakrishnan et de Brigitte Chataignier, La Danse de l'enchanteresse. Les Films du paradoxe, 75 min.

mercredi 18 août 2010

Le Tone chante et dessine l'Inde

La chanteuse Smriti Minocha
Le Tone est un artiste à la recherche de nouvelles formes d'expression.
En Inde, il enregistre un carnet de voyage musical et animé dont j'aime bien le concept. Je suis plus sceptique quant à la musique !
Il co-écrit les chansons avec Olivier Libaux, et la chanteuse à la voix légère est Smriti Minocha.
Comme vous allez le comprendre, la chanson s'appelle Lake of Udaipur.
Merci à JJ de m'avoir fait connaître cette chanson !

P.S. Le James Bond Octopussy (John Glen, 1983) a été tourné en partie au Lake Palace à Udaipur, c'est pourquoi son nom apparaît dans le carnet de voyage.

mardi 17 août 2010

Ciné-club : Shakti Samanta

Le réalisateur Shakti Samanta

Shakti Samanta (1926-2009) naît au Bengale où il grandit et fait ses études à l'université de Calcutta.
Voulant devenir acteur de cinéma, il se rapproche de Bombay, devient d'abord enseignant, puis se lance dans le cinéma en tant qu'assistant réalisateur aux Bombay Talkies. En 1954, il réalise son premier film, Bahu, puis d'autres qui connaissent le succès, comme Inspector (1956), Detective (1957) et Hill Station (1957).
Il décide alors de fonder sa propre compagnie de production, Shakti Films, et de tourner son premier film (un thriller), Howrah Bridge, en 1957.
Sa carrière de 41 films en hindi et en bengali est émaillée de succès populaires accompagnés de chansons qui sont encore dans tous les esprits.
Sharmila Tagore, bengalie comme lui, Shammi Kapoor et Rajesh Khanna font partie des artistes avec lesquels il a le plus souvent travaillé.
Il remporte 2 Filmfare du meilleur film pour Aradhana en 1969 (je vous en reparle en septembre), et Anuraag en 1972.

China Town (nb.,1962). Thriller
Shakila et Shammi
A Calcutta, un chanteur employé dans un cabaret est amoureux d'une riche héritière qui voudrait bien le voir dans un métier plus rémunérateur afin que son père (à elle) lui donne l'autorisation de se marier avec lui.
A la suite d'un incident, le jeune homme est arrêté par la police qui le contraint à s'infiltrer dans la mafia de Calcutta basée dans le quartier de China Town. Il va de surprise en surprise.
Un thriller dans un beau noir et blanc où l'intrigue est menée tambour battant au départ, et donne l'occasion à Shammi Kapoor de s'exprimer comme il l'aime.
Réalisateur : Shakti Samanta
Héroïnes : Shakila, Helen
Héros : Shammi Kapoor
Compositeur : Ravi
Chanteurs : Asha, Mohd. Rafi
Notre avis : 3/5

Kati Patang (1970). Thriller
Rajesh, Asha et Bindu
Une jeune fille s'enfuit pour échapper à son mariage arrangé avec un homme qui la trompe;
A la gare, elle rencontre une amie veuve et son enfant qui vont rejoindre pour la première fois leur belle-famille. Elle décide de partir avec eux.
Le train déraille, l'amie meurt mais l'enfant reste en vie. La jeune fille décide de prendre l'enfant, de rejoindre la belle-famille de son amie décédée et de se faire passer pour elle...
Un excellent scénario pour ce film où l'on va de rebondissement en rebondissement. Le film obtient plusieurs nominations ainsi qu'un Filmfare pour l'héroïne, interprétée par Asha Parekh.
Réalisateur : Shakti Samanta
Héroïne : Asha Parekh
Héros : Rajesh Khanna
Compositeur : R.D. Burman
Chanteurs : Lata, Asha, Kishore, Mukesh
Notre avis : 3/5

Amar Prem (1971). Mélo
Rajesh et Sharmila
Un homme riche, mais malheureux en amour, qui visite régulièrement une jeune fille vendue comme courtisane dans un établissement de Calcutta, tombe amoureux d'elle. Elle s'occupe parfois de l'enfant de son client, au grand dam de sa mère qui fait alors déménager toute la famille.
Vingt ans plus tard, le petit garçon revient chercher la jeune femme qui s'occupait de lui....
C'est surtout le couple formé par les deux acteurs principaux qui fait l'intérêt de ce film : on ne se lasse pas de la compassion de l'une et du malheur de l'autre.
Réalisateur : Shakti Samanta
Héroïne : Sharmila Tagore
Héros : Rajesh Khanna
Compositeur : R.D. Burman
Chanteurs : Lata, Kishore, S.D. Burman
Notre avis : 2,5/5

Anuraag (1972). Mélo
Moushumi Chatterjee
Une jeune fille aveugle de naissance et vivant dans un ashram a pour ami un petit garçon atteint d'un cancer (j'ai bien écrit "mélo", non ?)
Un jour, elle rencontre un jeune homme qui tombe instantanément amoureux d'elle ; en retour, elle ne semble pas indifférente à la beauté de son âme (à lui).
Il la fait ausculter par un ophtalmo réputé qui pense pouvoir la guérir de sa cécité à condition de trouver un donneur.
C'est alors que l'état du petit garçon cancéreux se détériore et que sa dernière volonté est d'offrir ses yeux à la jeune fille aveugle. Donc tout finit bien, ou presque.
Malgré une fin larmoyante ce film est plein de bonne humeur grâce à Ashok Kumar surtout et Rajesh dans un rôle de fleuriste.
Réalisateur : Shakti Samanta
Héroïne : Moushumi Chatterjee, Nutan
Héros : Vinod Mehra, Rajesh Khanna, Ashok Kumar
Compositeur : S.D. Burman
Chanteurs : Lata, Kishore, Mohd. Rafi
Notre avis : 3/5

Et aussi : Howrah Bridge (1957), Kashmir ki Kali (1964), Aradhana (1969), Amanush (1975)

lundi 16 août 2010

Chansons sous la pluie : Allari Alludu (telugu, 1993)

La chanteuse Chitra
La pluie du Sud est aussi chaude que celle du Nord, comme vous allez le constater.
Cette chanson associe la pulpeuse Nagma, actrice qui a beaucoup tourné dans le Sud dans les années 1990 et Nagarjuna, acteur né à Hyderabad (Andhra Pradesh), qui travaille en hindi et en telugu.
Réalisateur : Kokanda Rami Reddy
Compositeur : M.M. Keeravani
Chanteurs : Chitra, S.P. Subrahmanyam

dimanche 15 août 2010

Independence Day in Leh

© Bollymages. Leh, 15 août 1993

Le 15 août, jour de l'Indépendance en Inde, nous avons assisté à un grand rassemblement populaire dans le stade de Leh au Ladakh.
Dans la foule, nous remarquons ces enfants qui venaient peut-être de danser à l'occasion du programme folklorique qui se déroulait ce jour-là.

samedi 14 août 2010

Chanson de Monsoon Wedding (2001)

Dans Monsoon Wedding, Lion d'or à la Mostra de Venise, cette chanson se situe durant les préparatifs du mariage ; c'est le jour du mehndi, le dessin qu'on applique sur les mains de la mariée avec la pâte de henné. La journée se déroule entre femmes, les hommes sont interdits, non mais !
Réalisatrice : Mira Nair
Héroïne : Vasundhara Das (en orange, cheveux au carré)
Héros : Naseeruddin Shah, Parvin Dabas
Compositeur : Mychael Danna
Chanteuse : Madan Bala Sindhu (c'est elle qu'on voit chanter)


vendredi 13 août 2010

Chansons sous la pluie : Mr. India (1987)

Le chanteur Kishore Kumar
Sridevi, dont c'est l'anniversaire aujourd'hui, et qui fut une des grandes stars du Sud, apporte à Bombay son physique sensuel dans cette comédie fantastique qui fut un énorme succès : dans la chanson, I Love You, elle exécute une danse devant un personnage qui est invisible car... Non ! je ne peux rien dévoiler, voyez le film vous-mêmes !
Réalisateur : Shekhar Kapur
Héroïne : Sridevi
Héros : Anil Kapoor (l'homme invisible à moustache), Amrish Puri
Compositeurs : Laxmikant-Pyarelal
Chanteurs : Alisha Chinoy, Kishore Kumar


jeudi 12 août 2010

Expo 2010 : affiche de Mughal-e-Azam (2004)


En 2004, sort en Inde une version colorisée de Mughal-e-Azam. En effet, le réalisateur du film, K. Asif, n'avait pu acheter suffisamment de pellicule couleur pour son film en 1960 ; seules quelques scènes avaient pu être tournées en couleurs.
A partir de pellicules déjà en décomposition et de bandes son en piteux état, des informaticiens financés par la société du producteur original, Shapoorji Pallonji, ont réussi un tour de force onéreux qui ne rencontra pas son public.
Voici l'une des affichettes PLV (60 x 40 cm) faisant partie de la campagne de marketing de 2004. Des affiches plus grandes ornaient les rues.
Bien sûr, c'est entre autres Madhubala, dans cette pose désormais classique, qui a servi à promouvoir le film.

mercredi 11 août 2010

Embarquement immédiat pour New York

Le chanteur Sonu Niigaam
Dans Kal Ho Naa Ho, un mélo à classer dans la catégorie elle-m'aime-mais-moi-je-ne-veux-pas-pour-des-raisons-qui-me-regardent (Nikhil Advani, 2003), je trouve la chanson-titre particulièrement bien filmée.SRK se promène d'abord sur le pont de Brooklyn, et à un moment, on aperçoit en arrière-plan le pont de Manhattan (en même temps que ses grosses chaussures noires).
Preity et Saif déjeunent peut-être à Central Park.
La statue en bronze du Taureau qui charge, d'Arturo Di Modica se trouve non loin de Wall Street à Bowling Green.
Dans la scène de nuit, la rose rouge tient admirablement bien son rôle !
Tout le film est raconté dans cette chanson, y a plus qu'à décrypter.
Réalisateur : Nikhil Advani (son premier film)
Héroïne : Preity Zinta
Héros : SRK, Saif Ali Khan
Compositeurs : le trio Shankar-Ehsaan-Loy
Chanteur de la chanson : Sonu Niigaam

mardi 10 août 2010

Ciné-club : le mariage des NRI

Le mariage des enfants est la principale préoccupation des parents indiens. Depuis quelques décennies, de nombreuses familles se sont expatriées, souvent pour des raisons financières. Ce sont les NRI, Non Resident Indians, qui attisent la convoitise de ceux qui sont restés en Inde, et l'on voit de plus en plus de mariages avec des époux de pays et de cultures différentes.

Pardes (Subash Ghai, 1997). Vive l'Inde.
Un Indien qui a fait fortune aux Etats-Unis revient au pays avec pour but de trouver une épouse pour son fils qui a grandi aux U.S.A. Son choix se porte sur la fille de son meilleur ami, qui a toujours vécu dans la campagne indienne.
Une démonstration pas très subtile de la difficulté de la mixité des cultures (avec un fort parti pris pour l'Inde, quand même). SRK n'a pas l'air à l'aise dans son rôle de professeur ès mœurs indiennes. Heureusement, Mahima Chaudhary est adorable dans son premier rôle au cinéma, et la musique mérite des compliments.
Réalisateur : Subash Ghai
Héroïne : Mahima Chaudhary
Héros : SRK, Apoorva Agnihotri
Compositeurs : Nadeem-Shravan
Chanteurs : Alka, Kavita, Sonu, Kumar, Shankar, Ehsaan
Notre avis : 3/5

Monsoon Wedding (Mira Nair 2001). Chronique de mariage.
A Delhi, une famille met au point les derniers préparatifs du mariage arrangé de leur fille avec un NRI du Texas. Les invités des deux familles viennent d'Inde, d'Australie, des Etats-Unis et l'excitation du père de la mariée est a son comble quand l'organisateur du mariage prend du retard. Il ne sait pas encore ce qui l'attend pendant les trois jours que dureront les festivités.
La réalisatrice, Mira Nair, est elle-même une NRI installée à New York. Elle a commencé sa carrière par des documentaires réalisés en Inde (sur les danseuses de cabaret), puis adopta un style docu-drama avant la lettre dans lequel elle réalisa Salaam Bombay en 1987 qui lui valut des prix dans de nombreux festivals, dont celui de Cannes.
Réalisatrice : Mira Nair
Héroïne : Vasundhara Das (photo - aussi chanteuse dans d'autres films)
Héros : Naseeruddin Shah
Compositeur : Mychael Danna
Chanteur : Sukhwinder Singh
Notre avis : 4/5

Provoked (Jag Mundhra, 2007). Drame familial.
Une jeune femme originaire du Penjab vit à Londres avec son mari alcoolique et ses deux enfants. Lasse de subir les viols et les coups répétés de son époux, elle décide de lui brûler les pieds pendant son sommeil. Mais c'est le lit entier qui prend feu, et le mari meurt dans cet accident. Un procès la condamne à une peine de prison.
Inspiré d'un réel fait divers qui fit grand bruit au Royaume-Uni, le film, qui décrit des personnages trop manichéens, n'inspire pas beaucoup de compassion. Dommage.
Réalisateur : Jag Mundhra
Héroïne : Aishwarya Rai, Nandita Das
Héros : Naveen Andrews
Compositeur : A.R. Rahman
Chanteuse : Karen David
Notre avis : 2/5


Namastey London (Vipul Shah, 2007). Comédie.
Une charmante jeune Anglaise d'origine indienne part en Inde avec son père qui veut lui trouver un époux convenable (donc indien). Elle rencontre un jeune fermier penjabi, plutôt naïf, qui ne la séduit pas, mais qui vient passer quelque temps à Londres pour mieux comprendre la vie de sa "fiancée". C'est ici que tout se joue...Un joli rôle pour Katrina Kaif, très à l'aise entre les deux cultures puisque sa mère est britannique et son père d'origine indienne. Akshay Kumar assume bien son personnage qui lui offre un belle tirade patriotique à la fin du film.
Réalisateur : Vipul Shah
Héroïne : Katrina Kaif
Héros : Akshay Kumar, Rishi Kapoor
Compositeur : Himesh Reshammiya
Chanteurs : Sunidhi,  Himesh, Rahat
Notre avis : 2,5/5


Heaven on Earth ( Le Paradis sur terre, Mira Nair, 2008). Drame familial.
Une jeune Penjabie, pleine d'espoir, se rend au Canada pour son mariage arrangé. Elle rencontre pour la première fois son mari, un Canadien d'origine indienne et se retrouve dans une famille où les difficultés sont nombreuses et où le poids des responsabilités rend son mari irascible et violent. Elle en subit les conséquences.
Ce film au sujet dramatique et parfois outré rapporte cependant à Preity Zinta des prix d'interprétation aux festivals de Chicago et de Toronto.
Réalisatrice : Deepa Mehta
Héroïne : Preity Zinta
Héros : Vansh Bhardwaj
Compositeur : Mychael Danna
Notre avis : 2,5/5

lundi 9 août 2010

Le rangoli

Le rangoli, est un dessin fait au sol devant le seuil de la maison ou dans la cour. Ce sont les femmes qui le réalisent chaque jour durant les nombreuses fêtes, ou à l'occasion d'un événement familial.
Au départ, on dessine, avec de la poudre de riz entre le pouce et l'index, les points qui forment une figure géométrique autour de laquelle on laisse parler l'inspiration ou la tradition familiale, à l'aide de poudres de couleur.
Destiné à protéger le foyer, le rangoli (qui change de nom selon la région) peut être exécuté de façon traditionnelle ou plus sophistiquée, comme le montrent les 2 vidéos qui suivent.

Une version pour Diwali (avec les petites lampes à la fin).
Plus étonnant, une astucieuse version aquatique !

dimanche 8 août 2010

Ô mon bateau !

© Bollymages. Backwaters, novembre 1992.

Sur les backwaters du Kerala on croisait parfois des barques de transport de marchandises à la voile toute de sacs récupérés.

samedi 7 août 2010

Rahman Mania : Meenaxi, a Tale of Three Cities (2004)


Réalisé par M.F. Hussain, grand peintre indien récemment devenu qatari,  Meenaxi est un conte onirique qui emmène le spectateur dans les villes de Hyderabad (Andhra Pradesh), Jaisalmer (Rajasthan), et Prague.
La chanson d'aujourd'hui est tournée à Jaisalmer, dont on aperçoit les cénotaphes à la fin de la vidéo. C'est un régal pour les yeux et les oreilles.
Réalisateur : M.F. Hussain
Chef opérateur : Santosh Sivan (récompensé)
Héroïne : Tabu
Héros : Kunal Kapoor
Compositeur : A. R. Rahman
Chanteuse de la chanson : Reena Bhardwaj (récompensée - photo)

vendredi 6 août 2010

Chanson de Varsham (2004, telugu)

Pour l'anecdote, Varsham a été le premier film que nous ayons vu au cinéma en Inde, à Chennai en janvier 2004. On était bien tombés, le film a gagné 3 Filmfare du Sud.
Deux Blancs dans une foule tamoule, ça se remarque ! Le directeur du cinéma Casino nous a invités dans son bureau et même offert l'affiche du film !
Bien que varsham signifie "pluie" en telugu, je vous montre une chanson-ballet au sec. La pluie viendra avec le prochain anticyclone, parole de bloggeuse !
Réalisateur : Sobhan
Héroïne : Trisha (actrice du Tamil Nadu, qui joue aussi en telugu)
Héros : Prabhas (beau moustachu d'Andhra Pradesh)
Compositeur : Devi Sri Prasad
Chanteurs : Kalpana, Mallikarjun (photo)
Chorégraphe : Lawrence Raghavendra

jeudi 5 août 2010

Les Grands Moghols : Aurangzeb (6/6)

A la mort de Shah Jahan, Aurangzeb, son 3e fils, qui avait déjà occupé les fonctions de gouverneur du Deccan, du Gujarat et de Balkh en Afghanistan, devient le dernier des Grands Moghols, en 1658.
Musulman fanatique, il fait détruire de nombreux temples hindous, et mène des guerres incessantes contre les rajas hindous du Rajasthan et impose la loi islamique sur l'ensemble de son empire.

Son règne de 50 ans est marqué par l'avancée des conquêtes qui vont donner à l'empire ses dimensions maximales. En contrepartie,
Aurangzeb doit faire face à de nombreuses rébellions, surtout dans les actuels Etats d'Uttar Pradesh, du Madhya Pradesh, et du Penjab.

Si les arts continuent de progresser, c'est dans une autre optique : en effet, la miniature régresse pour mieux obéir aux préceptes islamiques les plus rigoristes, et ce sont les arts relatifs à l'armement qui connaissent un essor : damasquinage, ivoire, jade, mosaïques et pierres précieuses viennent orner les armes blanches et les armes à feu.


L'empereur Aurangzeb n'est pas un grand bâtisseur ; on peut cependant noter la mosquée Badshahi de Lahore, construite de 1671 à 1673 (photo), l'une des plus grandes mosquées en Asie.
Par l'alliance du grès rouge et ses coupoles de marbre blanc, elle rappelle la Jama Majid de Delhi construite par son père, Shah Jahan.

La mort d'Aurangzeb, en 1707, annonce le déclin de la dynastie de ceux que l'histoire a appelés les Grands Moghols. L'économie est au plus bas, et les successeurs d'Aurangzeb, qui n'ont pas l'autorité que demande l'étendue de l'empire, deviennent les marionnettes des divers colonisateurs.
La tombe d'Aurangzeb, aussi austère que le personnage, est située dans un mausolée soufi non loin d'Aurangabad.

mercredi 4 août 2010

Reportage sur la mousson 2010

Photo prise par le satellite géostationnaire indien, Kalpana

Maintenant, la mousson balaie presque tout le territoire indien. Les inondations sont nombreuses, les Etats sont touchés les uns après les autres.
Voici un reportage du 1er août de la chaîne Zee News.
http://www.zeenews.com/video/showvideo7539.html
Sans oublier que la situation est très grave au Pakistan, où la mousson a fait plus d'un millier de victimes à ce jour.

mardi 3 août 2010

Ciné-club : Tabu

Née en 1970 à Hyderabad (Andhra Pradesh), Tabu est une actrice discrète, mais complète : comme sa tante, Shabana Azmi, elle est connue pour les films d'auteur, souvent à petit budget, auxquels elle a participé, et pour son jeu d'une grande finesse.
Néanmoins, elle a aussi répondu aux appels du cinéma commercial, pour le patriotique Border (J.P. Dutta, 1997) ou la comédie Biwi n°1 (David Dhawan, 1999), par exemple.
Bien qu'elle n'ait tourné que 70 films en 20 ans (ce qui est peu en Inde), les nombreux prix qu'elle a reçus la mettent en tête des meilleures actrices indiennes. A découvrir si vous ne la connaissez pas encore.

Astitva (2000). Drame conjugal
Une femme mariée à un époux peu attentionné est amenée à lui avouer qu'elle l'a trompé, et que son fils n'est pas de lui.
Seul le cinéma d'auteur peut traiter ce genre de sujet d'une façon plutôt réaliste ; encore faut-il trouver l'actrice pour jouer le rôle de la femme infidèle ! Tabu l'interprète avec sa justesse habituelle. On peut regretter que le fils ait a peine 10 ans de moins que sa mère...
Réalisateur : Mahesh Manjrekar
Héroïne : Tabu
Héros : Sachin Khedekar, Mohnish Bahl
Compositeur : Rahul Ranade
Notre avis : 3,5/5

Chandni Bar (2001). Drame social
Une jeune fille de la campagne qui a perdu ses parents dans des émeutes inter-religieuses, se rend à Bombay avec son oncle. Pour subvenir à leurs besoins, elle se force à devenir danseuse dans un bar de bas étage, pendant que son oncle dépense dans la boisson l'argent qu'elle gagne.
Remarquée par un politicien véreux qui veut la sortir de sa situation, elle quitte le bar et se marie avec lui. Quelques années plus tard, son mari est tué dans une rixe. Elle reste seule avec son fils et sa fille déjà grands, qui vont à leur tour entrer dans la roue du destin...

Ce film de Madhur Bandarkar s'est vu couronné de nombreux prix, dont 3 pour Tabu, qui donne ici l'un des plus beaux rôles de sa carrière.
Réalisateur : Madhur Bandarkar
Héroïne : Tabu
Héros : Atul Kulkarni
Compositeur : Raju Singh
Notre avis : 4,5/5

The Namesake (2006). Histoire de famille
Un couple d'immigrants indiens du Bengale s'installe à New York où leur garçon naît. Le prénom que son père lui donne va avoir une influence sur toute sa vie d'Américain à la croisée des cultures. Le film étudie sur une vingtaine d'années les rapports entre les parents, qui cherchent à comprendre leur fils, et ce dernier qui s'éloigne de ses racines indiennes.
Ce film, tiré du roman de Jhumpa Lahiri, Un nom pour un autre, a connu le circuit des festivals (Toronto, New York) avant de sortir d'abord aux Etats-Unis où il connut sa part de succès auprès de la communauté indienne expatriée qui s'y reconnaît.
Réalisatrice : Mira Nair
Héroïne : Tabu
Héros : Irrfan Khan, Kal Penn
Compositeurs : divers
Notre avis : 3/5

Cheeni Kum  2007). Comédie
Le chef autoritaire d'un grand restaurant indien de Londres se fait réprimander par une cliente qui trouve son plat trop sucré. Le lendemain, il reçoit de sa cliente le même plat cuisiné par elle...
Cette agréable comédie voici se former un couple inhabituel entre Amitabh Bachchan et Tabu. La différence d'âge, d'une trentaine d'années, donne d'ailleurs lieu à quelques scènes savoureuses.
Réalisation : Balki
Héroïne : Tabu, Zohra Sehgal
Héros : Amitabh Bachchan, Paresh Rawal
Compositeur : Ilayaraja
Notre avis : 2,5/5

Et aussi : Maachis (Politique, Gulzar,1996), Virasat (Castes rurales, Priyadarshan, 1997), Hu Tu Tu (Drame mafieux, Gulzar, 1999), Maqbool (Pègre, Vishal Bhardwaj, 2004)

lundi 2 août 2010

D'homme à femme

Bien que le cinéma indien soit centré sur des personnages masculins à tendance machiste, certains n'hésitent plus à jouer les homosexuels de comédie ; Dostana (Tarun Mansukhania, 2008) a en effet été un grand succès avec John Abraham et Abhishek Bachchan.
Encore plus fort, d'autres se sont déguisés en femme, mais seulement pour une scène. J'en veux pour exemples les 3 Khan que j'ai retrouvés en situation. Je ne saurais dire si SRK et Aamir ont eu des doublures corps (Salman, on voit évidemment que non...), mais le résultat est intéressant.

Voici d'abord Aamir Khan dans Baazi (Ashutosh Gowariker, 1995). Aamir interprète un inspecteur de police qui se fait passer pour une danseuse de cabaret pour mieux infiltrer une bande de malfaiteurs...
Désolée, cette chanson a été supprimée de YouTube. Sally qui veille...


Puis SRK dans Duplicate (Mahesh Bhatt, 2005).
SRK est un méchant qui veut se venger d'un autre méchant, qui aime les femmes. Donc...
Pour info, la musique originale au saxo langoureux a été remplacée dans cette vidéo par la chanson croate Stikla, interprétée par Severina, qui a participé au Prix Eurovision de la chanson en 2006.


Et pour terminer, Salman Khan dans Jaan-e-Mann (Shirish Kunder, époux de Farah Khan, 1997) que j'ai retrouvé au début d'une vidéo sur Akshay Kumar. J'ai tout laissé en pensant aux fans d'Akshay Kumar.

dimanche 1 août 2010

Satyajit Ray au musée Guimet


Pour sa 7e édition de L'Eté indien, le musée Guimet et Martine Armand nous gâtent avec 21 films de Satyajit Ray dont 7 inédits.
Je vous invite à consulter le programme complet du second semestre de l'auditorium Guimet, qui propose bien d'autres gourmandises. Hum...

Timbres édités en 1994 par Post India à l'effigie de Satyajit Ray et de Pather Panchal

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...