Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

jeudi 9 juillet 2009

Héroïnes du cinéma hindi : les années 70

Rakhee (1947)
C'est en 1967 que Rakhee connut ses premiers succès dans son Bengale natal. Puis Bombay la happa pour lui faire tourner son premier film en hindi en 1970 avec Dharmendra. Dès 1971, sa carrière prit de l'ampleur lorsqu'elle fut la partenaire de Shashi Kapoor, dans un double rôle (grande spécialité indienne). Dans les années 1970, où elle tourna 4 fois avec Amitabh Bachchan, la plupart de ses films furent des succès. C'est à partir des années 1980 qu'elle commença à jouer les mères. Elle n'a pas tourné depuis 2003.
Sa fille, Meghna Gulzar, qu'elle a eue avec le poète-scénariste Gulzar, est devenue réalisatrice.


Hema Malini (1948)
Après de premiers essais manqués au Tamil Nadu, Etat dont elle est originaire, Hema Malini monta à Bombay et commença en 1968 une carrière de quelque 120 films étalés sur 40 ans. Les années 1970 furent florissantes puisqu'elle gagna alors son premier award de meilleure actrice pour Seeta Aur Geeta. En 1975, elle participa également à Sholay, film devenu culte depuis. En 1979, son mariage avec Dharmendra fit beaucoup parler, car il était déjà marié et père de quatre enfants. Ils tournèrent ensemble 42 films, dont Dream Girl qui devint son surnom.
Excellente danseuse de bharatanatyam, Hema Malini donne des représentations et forme ses deux filles Esha et Ahana Deol.
En 2003, elle a encore tourné en tant qu'héroïne face à Amitabh Bachchan dans Baghban qui lui rapporta son second award de meilleure actrice.

Shabana Azmi (1950)
Née dans une famille d'artistes (père poète, mère actrice), et maintenant mariée au poète-parolier Javed Akhtar, Shabana Azmi fut l'une des rares actrices à se tourner d'abord vers le cinéma parallèle. C'est ainsi que le réalisateur Shyam Benegal lui offrit dès 1970 ses premiers grands rôles, puis ce furent Mrinal Sen et Satyajit Ray, réalisateurs bengalis. Mais sa carrière ne s'est pas bornée au cinéma d'auteur ; de temps à autre, elle passa au cinéma commercial (Amar Akbar Anthony, Tehzeeb, Honeymoon Travels). Elle est toujours présente et continue de faire entendre sa voix quand il s'agit de défendre les femmes et les opprimés (c'est un peu pareil...).

Zeenat Aman (1951)
Après avoir suvi des études à Bombay et en Californie, Zeenat Aman revint en Inde où elle fut reporter puis mannequin. Sa campagne pour une crème de beauté la fit connaître. C'est ainsi qu'en 1971, Dev Anand la choisit pour interpréter la junkie de Hare Rama Hare Krishna, rôle atypique pour une femme dans le cinéma indien, mais qui convenait bien au caractère de Zeenat. Elle était en effet très différente des autres actrices et voulait donner une image plus occidentale de la femme, refusant de s'habiller en sari ou acceptant des rôles de femmes plutôt rebelles. Parmi ses films marquants on peut citer Yaadon Ki Baaraat (Nasir Hassain, 1973) dont la chanson fut un superhit, et Satyam Shivam Sundaram (Raj Kapoor, 1983) où sa gracieuse anatomie ne fut plus un secret pour personne.
Elle vit maintenant avec ses deux enfants, et apparaît plus dans les soirées que sur le grand l'écran.

Smita Patil (1955-1986)
Grand actrice du cinéma parallèle, au même titre que Shabana Azmi, Smita Patil était une artiste engagée dans le combat des femmes. Elle choisissait ses rôles en fonction de ses idéaux.
Elle fit cependant aussi une incursion dans le cinéma commercial en 1982 avec Shakti et Namak Halaal. Mais l'ambiance de ce cinéma ne lui convenait pas.
Plus tard elle revint vers ses préférences et tourna Mirch Masala en 1985.
Malgré une carrière écourtée par une mort prématurée, elle obtint deux awards de meilleure atrice, pour Chakra et pour Bhumika:The Role.
Elle mourut de complications après l'accouchement de son fils.

2 commentaires:

Ihcéne a dit…

Ah vous avez oublié la magnifique , Sharmila Tagore : (

Sally-Francois a dit…

J'ai placé Sharmila dans les années 60.
Sally

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...