Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

samedi 27 septembre 2008

Il y a cent ans

Au fait, l'euphorie de l'expo m'a fait oublier de vous annoncer que le paquet d'Atul est arrivé ; il contenait trois petits paquets renfermant chacun des cartes postales de Bombay il y a cent ans. Une lettre accompagnait les cartes postales, qu'il a achetées dans la belle librairie de l'hôtel Taj Mahal. J'ai dispatché les paquets : un pour nous, un pour Véro, un pour Laurence. Le paquet avait l'odeur caractéristique du papier indien. Et une madeleine, une ! Merci Atul !

jeudi 25 septembre 2008

C'est la meilleure !

Chaque jour, je vois passer toutes sortes de visiteurs : ceux qui regardent seulement et font un bond en arrière quand je leur propose un catalogue à 5 euros, ceux qui passent attirés par les boissons et les cacahuètes, restes du vernissage, et les purs et durs qui viennent directement du musée Guimet après la séance de l'Eté indien.
Mais aujourd'hui, un cas d'exception : une jeune fille française d'origine indienne, accompagnée de son ami français, arrive tout droit de Bombay où elle a vu notre affiche dans la boutique d'Arif dimanche dernier. Elle ne connaît pas Guru Dutt, elle vient découvrir. Ça, j'aime !

mercredi 24 septembre 2008

Permanence

Depuis lundi, je vais passer quelques heures chaque jour à la "galerie", par curiosité (qui va entrer, que va-t-on acheter ?), et pour tenir compagnie à Marie qui fait la véritable permanence ; sa curiosité pour le cinéma indien est un super atout. Nous avons pratiquement le même âge et passons de bons moments ensemble. Quand un client potentiel passe le seuil de la porte, en douceur je lui donne des informations sur Guru Dutt pour l'amener doucement vers l'achat du catalogue, d'un livre (pas facile, ils sont en anglais) ou de CD. Personne ne doit ressortir les mains vides... Lundi, on m'a demandé un autographe sur le catalogue, puisque je l'ai écrit en collaboration avec Nasreen et que nos noms y figurent ensemble.
Hier, surprise : un cinéaste indien vivant à Paris, dont Atul m'avait donné le contact, est venu voir l'expo avec un ami interprète, indien lui aussi. Il s'appelle Kartik Singh. On a papoté, parlé d'Atul et de son court-métrage Midnight Lost and Found présenté à Clermont-Ferrand cette année. Kartik lui aussi a réalisé un court-métrage récompensé dans plusieurs festivals dans le monde : Saving Mom & Dad. Avant de partir, ils m'ont laissé deux gentilles appréciations dans le livre d'or, dont une en hindi écrite par Mahipal Singh, l'interprète ; Kartik est en France depuis trop longtemps, il a du mal a écrire en hindi.
A suivre, Sally.

dimanche 21 septembre 2008

Arrêtez tout !

Véronique A. a deviné. C'est Mr & Mrs 55 ! Bravo Véro, ton lot te parviendra bientôt.
Bibi, Sally.

samedi 20 septembre 2008

Quelle affiche ?

En repassant cet après-midi à la librairie pour régler quelques détails, Dominique nous montre, mine de rien, un rond rouge sur le cadre d'une affiche. Elle a donc été vendue ? Mais oui, à un décorateur qui travaille pour la télé et le cinéma. Un jour, nous verrons peut-être cette affiche dans une série télé.
A vous, les fins limiers, de deviner quelle est notre première vente. Répondez-nous via les commentaires. Le premier qui trouve la bonne réponse, recevra le film qui correspond à l'affiche. Pour la filmographie de Guru Dutt, cliquez d'abord sur le point d'interrogation. A plus, SaFran.

Lendemain de fête

Et voilà, il est passé le vernissage. A la fois enthousiasmant et frustrant. Enthousiasmant de voir tous les parents (merci à Paul, 2 mois et demi), les amis, les voisins - Gin est venue malgré sa jambe malade, avec une azalée - , les connaissances et des inconnus (invités) répondre à notre invitation. Frustrant parce que certains invités importants ne sont pas venus. Frustrant aussi de ne pouvoir donner à chacun autant de temps qu’on le voudrait. Il faut passer de l’un à l’autre, interrompre une conversation pour répondre à une question ou vendre une affiche.
Nous n’avons pas dû voir tout le monde, mais nous avons renoué des contacts distendus par le temps : grâce à Envoyé Spécial, nous avons retrouvé Philippe et Martine, compagnons de voyage pendant plusieurs jours pendant notre année sabbatique en 1992/93) maintenant accompagnés de leur fille Gwendoline. Samira, la plus fan des fans de cinéma indien et venue nous donner un coup de main à la vente qui s’est avérée bien faible. Peut-être n’avons-nous pas suffisamment appuyé sur ce point pendant notre promotion. Nous en tirons les conclusions dès aujourd’hui.
Certains se connaissaient déjà : mon médecin et mon ophtalmo, par exemple, et Yann (le designer du catalogue) et Nathalie (rédactrice sur un blog de films indiens) qui avaient travaillé ensemble il y a 20 ans.
Dans ce joyeux mélange, j’ai bien apprécié la présence de nos amis indiens (ou d’origine indienne), leurs compliments et leur étonnement sur la qualité de nos affiches. Le cinéaste-écrivain Vijay Singh a apprécié d’avoir reçu une invitation accompagnée d’un carton avec un petit mot écrit à la main. Il doit nous inviter à une prochaine projection de l’un de ses films que nous ne connaissons pas. Nathalie m’a proposé d’écrire quelques lignes sur Fantastikindia, Ganga nous fait des offres pour Indeaparis. A suivre.
La télévision où passaient les chansons des films de Guru Dutt a été une bonne idée, surtout pour les Indiens à qui les musiques rappelaient leur enfance. Dominique et sa femme Cathy s’étaient occupés du buffet. Je crois qu’il reste encore des amuse-bouches.
Contente, Sally.

video

vendredi 19 septembre 2008

Quelle pub !


En jouant à l'attachée de presse, j'ai eu la chance de tomber sur un journaliste qui connaît le cinéma indien ; il s'agit de François Julien à VSD. Non seulement il connaît le cinéma indien, mais il connaît aussi la rue où l'exposition a lieu, une rue un peu particulière. Voyez l'article (cliquez dessus) !

jeudi 18 septembre 2008

Dernière nouvelle !

Arif, l'un de nos fournisseurs de posters de Chor Bazar à Bombay, a exposé notre affiche Guru Dutt et notre catalogue dans sa boutique. Surprise, il a de la demande, il faut expédier du réassort...
A plus tard. Demain grosse journée. SaFran

mardi 16 septembre 2008

Vacances

Obnubilés par l'expo, nous en avons oublié les vacances... en Inde. Les vols sont réservés depuis un mois environ, mais les hôtels, je les imagine déjà complets à Bombay pendant tout le mois de janvier. Calmos. D'abord l'itinéraire : nous arrivons à Chennai (ex-Madras) mi-décembre, sur la côte est, nous repartons de Bombay mi-janvier, côte ouest. Entre les deux, il suffit de remplir : un temple, un bharata natyam (danse du sud de l'Inde), un temple, un marché, un studio de cinéma, un temple (ne croyez pas ceux qui disent que tous les temples se ressemblent, c'est faux!), la traversée des ghats occidentaux (petite chaîne de montagnes où poussent café, girofle, cardamome, poivre...) puis Cochin. Enfin, la route vers le nord puis la belle, la sublime plage tant attendue avec ses cocotiers qui vous font gentiment de l'ombre. Comme c'est bon de rêver. De Mangalore (Kartnataka), vol sur Bombay où nous attendent nos distractions et nos rencontres préférées. L'itinéraire étant quasiment prêt, nous réservons illico presto les hôtels de Chennai, puis de Bombay, par e-mail. Le lendemain, les chambres sont confirmées, le numéro de carte de crédit est transmis là-bas, nous sommes tranquilles.
Retournons à l'expo et aux dernières invitations. Tiens ! J'ai chopé quelques lignes dans Figaro Madame aujourd'hui, et l'insertion de Point de Vue est parue, rikiki , mais gratuite.
Je vous laisse. Bizous, Sally.

samedi 13 septembre 2008

Accrochage de l'expo Guru Dutt

Une demi-journée bien occupée à l'accrochage de l'exposition dans la librairie de Dominique.
Les affiches virevoltent sous les poutres de la boutique, d'un côté à l'autre, plus bas, plus haut, plus à droite, ça penche. Les murs ne sont pas verticaux dans ces maisons anciennes du centre de Paris. Où est le marteau ? On met ça dans la vitrine ? Plus de place pour le timbre. Photos noir et blanc sur le mur de pierre.
Voici un court diaporama de ces instants où l'on commence à y voir plus clair.
A bientôt. SaFran.

video

jeudi 11 septembre 2008

Entre femmes

Farzana est rentrée, je suis allée récupérer une bonne quinzaine d'affiches chez elle, où j'ai rencontré Avni, l'une de ses amies bombayite de passage à Paris avec son mari qui assiste à une conférence. Avani vit dans une famille traditionnelle gujaratie (de l'Etat du Gujarat) : tous les membres de la famille habitent sous le même toit (une maison centenaire en l'occurrence). Tôt le matin, avec l'autre belle-fille de la maison, elle prépare les chapatis (galettes de pain), le petit déjeuner et le déjeuner de son époux. C'est le chauffeur qui est chargé de porter les dhabba (sorte de gamelle pour le repas, voir la photo). La cuisine est strictement végétarienne. Le soir, quand son mari rentre, Avani éteint la télévision et s'occupe de son époux : "Je lui donne d'abord un verre d'eau, puis nous parlons", dit-elle.
Après notre conversation sur le cinéma indien, elle est si étonnée que quelqu'un en France puisse s'intéresser de si près à Guru Dutt et en connaisse plus qu'elle sur le sujet, qu'elle m'invite à passer la voir dès notre prochain passage à Bombay. Je lui donne mon adresse e-mail, et elle me donnera celle de son fils dès son retour en Inde (car elle n'a pas son ordinateur à elle).
J'ai devant moi 2 femmes indiennes qui débattent des mêmes sujets : Farzana l' Occidentale, et Avani, la traditionnelle, séparées par un océan de différences, mais sans doute reliées par le même statut social, d'après ce que j'ai pu voir et entendre (nous parlions toutes en anglais).
Les affiches rapportées par Farzana sont presque toutes dans un excellent état, compte tenu de leur âge. Nous lui devons une fière chandelle pour le service qu'elle nous a rendu. Plus que ravis, nous avons appelé Arif et Zahid à Bombay pour leur dire combien nous sommes contents de ces affiches qui vont peut-être nous permettre d'amortir les dépenses engagées. Inch' Allah (c'est le Ramadan).
Bientôt, le prochain épisode. Sally

lundi 8 septembre 2008

Rétroplanning

Non, ce n'est pas un sport nautique. Cette opération rappelle que la situation devient sérieuse ; l'accrochage a été fixé à samedi prochain. Entre-temps, je continue de relancer les magazines pour obtenir une insertion supplémentaire. Finalement, ce sont les sites Internet qui sont les plus demandeurs et les plus prompts à répondre. On doit être cités sur 4 ou 5 d'entre eux. Côté magazines, j'ai décroché VSD et Point de Vue, et Solen a pu joindre Gérard Lefort chez Libé. Maintenant, on est limite pour les mensuels, les hebdos sont encore possibles et les journaux encore plus. Bien plus important : je m'habille comment pour le vernissage ? J'ai trouvé une jupe noire, genre années 50 chez H&M, un chemisier satiné rayé noir et blanc chez C&A. Pas encore trouvé le boléro noir, mais les ballerines, oui. De toute façon, j'ai encore le temps de changer d'avis.
Nous attendons anxieusement le retour de Bombay de Farzana avec des affiches supplémentaires. Elle a près d'une semaine de retard, mais comme elle nous rend service, nous n'allons pas l'appeler là-bas dans sa famille. Il ne reste plus qu'à attendre.

Le blog a fait des émules dans la famille : Paul, 2 mois, décrit son premier mois de vie sous la plume de maman Aurélie, notre nièce. Véronique, la sœur de François, a ouvert son blog , catalogue de son doigté dans la réalisation de cadres et de cartonnages personnalisés. J'ai d'ailleurs déjà hérité de 2 boîtes Bolly, Veer-Zara et OSO, véritables fourre-tout pour les articles de journaux et les magazines indiens qui traînent dans le salon depuis des semaines. Cliquez sur la boîte, vous verrez.
Assez pour aujourd'hui, je reviens plus tard. A bientôt.
Sally

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...