Attention danger ! Blog redoutable...
Plus de 1500 articles sur l'Inde et son cinéma, plus de 350 films notés et annotés, quelque 300 chansons commentées, plus de 1200 références classées, des extraits d’émissions indiennes, un jeu aux trophées vintage...
Vous allez devenir addicts. Vous êtes prévenus !

mercredi 30 juin 2010

Premiers pas : Saif Ali Khan (1992)

Après  Sharmila Tagore hier, voici le fiston dans un intermède musical bienvenu dans le film très dur et violent qu'est Parampara (La Tradition) où les membres de deux riches familles rurales transmettent leur besoin de vengeance à leurs enfants.
La chanson est sans doute tournée en Suisse, où le réalisateur Yash Chopra avait l'habitude de tourner une partie de ses films, à la place du Cachemire devenu trop dangereux.
Réalisateur : Yash Chopra
Héroïnes : Raveena Tandon, Neelam Kothari (dans la chanson)
Héros : Sunil Dutt, Aamir Khan, Saif Ali Khan
Compositeurs : Shiv Hari
Chanteurs : Lata, Abhijeet (photo)


mardi 29 juin 2010

Ciné-club : Sharmila Tagore

Née en 1946 dans une famille bengalie hindoue de Hyderabad (Andhra Pradesh), Sharmila Tagore commence sa carrière alors qu'elle n'a que 14 ans, dans Apur Sansar, un film du cinéaste bengali Satyajit Ray.
Elle tourne ensuite plusieurs autres films, à plusieurs années d'intervalle, pour Satyajit Ray qui reste son découvreur.
Elle devient vite une héroïne populaire du cinéma hindi grâce au réalisateur Shakti Samanta qui la choisit pour jouer, aux côtés de Shammi Kapoor, la fraîche héroïne de Kashmir Ki Kali en 1964, puis la vedette féminine de An Evening in Paris en 1967, où elle est la première actrice indienne à apparaître en bikini (on imagine les réactions du public indien, qui n'aime pas la nudité).
Elle forme ensuite un couple à l'écran dans plusieurs films avec Rajesh Khanna et ne cesse de tourner, même après son mariage avec le nawab de Pataudi et la naissance de son premier enfant, Saif Ali Khan.

Apur Sansar (Le Monde d'Apu,1959). Drame social
Ce dernier volet  de la trilogie voit Apu se marier, par un concours de circonstances, avec une jeune fille qui ne lui était pas destinée.
Ils s'apprécient petit à petit, mais elle meurt en donnant naissance à leur enfant. Ne voulant s'occuper de son fils, qu"il considère comme responsable de la mort de son épouse, il le confie à sa belle-famille, mais finit par prendre ses responsabilités.
Ce film, récompensé entre autres au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, fait partie des œuvres de référence qui ont eu une influence sur le cinéma occidental. Il est représentatif du cinéma de Satyajit Ray, donc du cinéma bengali, totalement différent du cinéma de Bombay.
Réalisateur : Satyajit Ray
Héroïne : Sharmila Tagore
Héros : Soumitra Chatterjee
Compositeur : Satyajit Ray
Notre avis : 3,5/5

Kashmir Ki Kali (1964). Comédie
Un riche héritier, qui décide de passer son temps en visitant ses plantations de thé au Cachemire, tombe amoureux d'une vendeuse de fleurs qui a horreur des gens riches.
Il lui fait alors croire qu'il n'est qu'un employé qui conduit une luxueuse voiture.
Ce film reflète les années 1960 (début de la société de consommation et apparition d'une classe aisée). Si vous n'aimez pas Shammi Kapoor, voyez-le pour Sharmila Tagore et ses fossettes. 
A noter une chanson loufoque de Shammi Kapoor, interprétée par Mohd. Rafi, grand succès de ce film.
Réalisateur : Shakti Samanta
Héroïne : Sharmila Tagore
Héros : Shammi Kapoor
Compositeur : O.P. Nayyar
Chanteurs : Asha, Mohd. Rafi
Notre avis : 2,5/5

Namkeen (1982). Etude de caractères
Trois sœurs et leur mère habitent une maison isolée dans l'Himachal Pradesh. Un jour, un routier qui travaille dans les environs cherche une chambre pour quelques jours ; il réussit à les convaincre et s'installe dans la maison. D'abord gêné par la présenvce de 4 femmes, il finit par les apprécier et à découvrir comme la vie des femmes seules est difficile.
Malgré sa réputation de réalisateur "sérieux", Gulzar signe ici un film non dénué d'humour dont les personnages sont subtilement dessinés. Le jeu de Sanjeev Kumar est particulièrement fin.
Réalisateur : Gulzar
Héroïnes : Sharmila Tagore, Shabana Azmi, Waheeda Rehman
Héros : Sanjeev Kumar
Compositeur : R.D. Burman
Chanteurs : Asha, Alka, Kishore
Notre avis : 3,5/5

Viruddh (2005). Drame social
Une famille de classe moyenne composée d'un couple quinquagénaire et de son fils vit une vie tranquille. Un soir, le fils assiste à un meurtre ; en essayant d'attraper le meurtrier, il est tué dans la bagarre.
Le couple suit l'instruction du dossier où il apparaît que le meurtrier est le fils d'un politicien haut placé ; l'accusation se retourne alors vers le fils, disant qu'il est un trafiquant de drogue.
Ses parents s'adressent  à un de leurs amis pour mener leur propre enquête.
Un sujet délicat et ancré dans la réalité, qu'Amitabh Bachchan a eu le courage de produire.
Réalisateur : Mahesh Manjrekar
Héroïne : Sharmila Tagore
Héros : Amitabh Bachchan, John Abraham
Compositeurs : Ajay
Notre avis : 3/5

Et aussi : Nayak (Satyajit Ray,1966, huis clos intimiste), Aradhana (Shakti Samanta, 1969, amour réincarné), Amar Prem (Shakti Samanta,1971, amour impossible), Mausam (Gulzar,1976, amour de mère en fille)

lundi 28 juin 2010

Chansons sous la pluie : Chhaliya (1960)

Chhaliya fait partie des films où Raj Kapoor incarne son personnage naïf au cœur d'or, comme dans Shree 420 ou Ram Teri Ganga Behti Hai.
Ici, il découvre la ville et sa cruauté, mais aussi l'arrivée de la mousson.
Réalisateur : Manmohan Desai
Héroïne : Nutan (n'apparaît pas dans la chanson)
Héros : Raj Kapoor
Compositeurs : Kalyanji-Anandji
Chanteur : Mukesh

dimanche 27 juin 2010

Fort Rouge à Delhi

© Bollymages. Delhi, septembre 1993

A l'intérieur du fort Rouge, construit au XVIIe siècle par Shah Jahan, se trouve, entre autres monuments, le Diwan-i-Kas.
Tout de marbre blanc et autrefois richement recouvert d'argent, il servait à recevoir les dignitaires - et à leur en mettre plein la vue. Aujourd'hui, il reste encore, sur les colonnes, de graciles incrustations de pierres semi-précieuses (peut-être rénovées, car elles sont été pillées).

samedi 26 juin 2010

Chanson-rap de Shootout At Lokhandwala

Shootout At Lockhandwala est l'histoire vraie d'une bande de malfrats que la police va assiéger dans l'appartement où ils se sont réfugiés. Tout se termine dans un bain de sang...
Mais avant, ils ont pris du bon temps dans un bouge, que voici. Ambiance, ambiance !
Réalisateur : Apoorva Lakhia
Héros : Vivek Oberoi, Tusshar Kapoor, Rohit Roy (ce sont les voyous de la chanson)
Compositeurs : Anand Raj Anand, Mika Singh, Euphoria
Chanteurs : Anchal, Mika Singh (photo)
Avec sous-titres polonais, ma première version ayant été repérée par le Grand Censeur...

vendredi 25 juin 2010

Dance India Dance, L'il Masters : Khushboo

La nouvelle saison de Dance India Dance (DID) est consacrée aux enfants. Quatre équipes de 4 enfants (avant les éliminations) sont coachées par les lauréats de l'émission pour jeunes adultes de la saison passée, qui sont  maintenant devenus aussi chorégraphes.
Il est réjouissant de voir comment le savoir des plus grands est transmis aux enfants, qui ne demandent qu'à apprendre. Pas question de singeries ici, ils sont vraiment doués.
Je vais vous montrer le passage de Khushboo, qui a 10 ans. Elle exécute une danse chorégraphiée par Amrita (la jeune femme en blanc et au grand sourire) où elle interprète une fidèle venant prier, puis plusieurs déesses au caracère différent, passant de la séductrice à la guerrière de façon étonnante.
Les juges sont Farah Khan, la chorégraphe devenue réalisatrice à succès (Main Hoon Na, Om Shanti Om), Sandeep, spécialiste de la dance de salon, et l'habitué de l'émission, l'acteur Mithun qui fera un geste émouvant et très symbolique à la fin de l'extrait pour exprimer son admiration à une Khushboo ravie des compliments qu'elle reçoit. Elle les mérite, vous allez voir ! Et les autres concurrents commencent à s'inquiéter...

jeudi 24 juin 2010

Texte fondateur : Le Mahabharata

Non, je ne vais pas vous conseiller de lire les 25 000 vers de la plus grande épopée sanscrite !
Jean-Claude Carrière, grand amoureux de l'Inde et de sa culture, s'est donné la peine de transformer le Mahabharata, ce récit complexe qui rassemble les mythes et les croyances sur lesquels repose la culture indienne, en un livre limpide.

La saga guerrière des 5 frères Pandava contre leurs cousins les Kaurawa est l'un des repères de la société indienne, maintes fois racontée sous d'autres formes dans les romans et les films. Ce petit livre, vous aidera à les décrypter.

Le Mahabharata
, Jean-Claude Carrière, Editions Pocket, 315 p.

mercredi 23 juin 2010

Pub d'hier : les bonbons

Dans le magazine Filmfare du 24 mars 1961, une publicité où les boîtes de bonbons se font concurrence : illustration mythologique ou dessin occidental, les bonbons sont toujours aussi bons, avec du sirop à l'intérieur.
Je me demande si la société existe toujours à Hyderabad, où se trouvent quelques expat. de ma connaissance.

mardi 22 juin 2010

Ciné-club : la pègre

Aujourd'hui, ça ne rigole pas (aucune comédie) ; que des films sur les bas-fonds, mais dont les réalisateurs comptent parmi les meilleurs en Inde.
Violence et tueries sont au rendez-vous dans un monde où la politique n'est pas bien loin. A tel point que mon ciné-club "politique" s'est transformé en ciné-club "pègre". N'en tirez pas de conclusions hâtives !

Nayakan (Le leader, Mani Ratnam, 1987)
Un jeune homme, fils d'un syndicaliste du Tamil Nadu, assiste au meurtre de son père par la police. Il le venge, et décide d'aller s'installer à Bombay.
C'est dans le bidonville de Dharavi qu'il va trouver refuge auprès d'un pêcheur musulman, contrebandier à ses heures, qui va aussi mourir sous les coups de la police.
Dans sa quête de justice, le jeune homme va bientôt devenir une des personnalités mafieuses chez les Tamouls du bidonville.
Mani Ratnam, fervent admirateur de Coppola, lui rend ici un superbe hommage, avec cette indianisation du Parrain dans les milieux de la pègre tamoule de Bombay.
Réalisateur : Mani Ratnam
Héroïne : Saranya
Héros : Kamal Hasaan (plusieurs récompenses pour cette superstar du Sud dans ce rôle)
Compositeur : Ilayaraja
Chanteurs : S.P. Balasubramaniam, S. Janiki
Notre avis : 3,5/5

Company (Ram Gopal Varma, 2002)
Dans le milieu mafieux de Bombay, un chef de gang passe le relais à deux gangsters dont les caractères opposés vont être source de divergences puis de séparation. Chacun rassemble ses troupes...
Après Satya en 1998, Company est une nouvelle descente dans le monde de la mafia par Ram Gopal Varma, avec une technique qui a évolué et donne une autre dimension aux films sur la pègre.
Réalisateur : Ram Gopal Varma
Héroïnes : Manisha Koirala, Antara Mali
Héros : Ajay Devgan (photo), Vivek Oberoi
Compositeur : Sandeep Chowta
Chanteurs : Asha, Sapna, Sudesh, Babul
Notre avis : 4/5

Sarkar (Ram Gopal Varma (2005)
Sarkar est un don (cf. Don Corleone dans Le Parrain) de la mafia, auprès duquel on vient chercher justice quand les institutions font défaut. Il est entouré de sa famille, en particulier de ses 2 fils, dont l'un vient de revenir des Etats-Unis avec sa fiancée, tandis que l'autre courtise une starlette.
Sarkar, qui est accusé d'avoir commandité le meurtre d'un politicien se retrouve en prison, où il est la victime d'une tentative d'assassinat. Un de ses fils mène l'enquête.
Une histoire de famille et de politique qu'Amitabh Bachchan domine par une composition très retenue de son personnage.
Réalisateur : Ram Gopal Varma
Héroïnes : Supriya Pathak, Katrina Kaif, Tanisha
Héros : Amitabh Bachchan, Kay Kay Menon, Abhishek Bachchan, Zakir Hussain
Compositeur : Amar Mohile
Notre avis : 3/5

Omkara (Vishal Bhardwaj, 2006)
Adaptation de l'Othello de Shakespeare, Omkara est une transposition du drame anglais dans la société mafieuse du nord de l'Inde.
Cette histoire sombre, où les enjeux politiques, l'amour et la jalousie s'entremêlent, est superbement filmée et interprétée.
Saif Ali Khan est particulièrement étonnant dans sa composition du personnagte de Iago-Langda.
Un film qui reçoit 6 Filmfare et d'autres récompenses fort méritées. Très recommandable. Et l'occasion de revoir ses classiques !
Réalisateur : Vishal Bhardwaj
Héroïnes : Kareena Kapoor (Desdémone), Konkona Sen (Emilia)
Héros : Ajay Devgan (Othello), Vivek Oberoi (Cassio), Saif Ali Khan (Iago)
Compositeur : Vishal Bhardwaj (aussi réalisateur)
Chanteurs : Sunidhi, Shreya, Rekha Bhardwaj, Sukwinder Singh, Rahat Fateh Ali Khan
Notre avis : 4/5

Et aussi (ça ne rigole toujours pas) : Maqbool (Vishal Bhardwaj, 2003, adaptation de Macbeth), Shootout at Lokhandwala, (Apoorva Lakhia, 2007), Sarkar Raj, (Ram Gopal Varma, 2008, le 2e volet de Sarkar).

lundi 21 juin 2010

Fête de la Musique : Bollywood Tour 2010


La musique est un élément de base du cinéma indien depuis l'apparition du parlant (sauf dans les films d'auteur). Il n'existe en effet pratiquement pas de chanteurs de variétés comme dans les pays occidentaux ; les chansons que l'on entend proviennent très souvent de films qui peuvent remonter jusqu'aux années 1950. En Inde, la mémoire musicale se transmet de génération en génération.
Pour la Fête de la Musique de 2009, je vous ai présenté les chanteuses et les chanteurs qui ont marqué les années 1950 à 1970.
Cette année, c'est une  revue sélective des chanteurs actuels que je vous propose.

Vous entendez souvent leur voix, vous voyez leurs noms, vous connaîtrez maintenant leur visage, dont certains sont déjà passés sur le blog.
Voici quelques vidéos live que je vous ai sélectionnées. Ce sont souvent des extraits d'émissions télévisées car elles sont bien filmées. Dans tous les cas, regardez-les dans la meilleure définition possible (en bas, le nombre de "p" (pixels) quand il existe, doit être le plus élevé possible).

On passe d'abord du côté des chanteuses.

Alka Yagnik (1966-)
Née au Bengale, Alka Yagnik entame une carrière de chanteuse de bhajan (chants dévotionnels) à la radio de Calcutta dès l'âge de 6 ans.
C'est le film Lawaaris (Prakash Mehra, 1981) qui la fait connaître, mais la chanson Ek Do Teen de Tezaab Is Acid (N. Chandra, 1988) qui  lui apporte la consécration.
Elle chante dans de nombreuses langues indiennes (dont le gujarati, l'oriya, l'assamais, le rajasthani...) et la souplesse de sa voix, qui rappelle le style de Lata, fait d'elle la chanteuse préférée de nombreuses actrices et de compositeurs de premier plan comme Anu Malik, A.R. Rahman, Anand-Milind, ou Jatin-Lalit.
Lauréate de 7 Filmfare et de 2 National Awards, sa chanson Chamma Chamma de China Gate (Rajkumar Santoshi, 1998) a été reprise dans la bande-son de Moulin Rouge (Baz Luhrmann, 2001). La chanson commence au bout de 20 secondes.
Tant que j'y suis, je vous passe l'original de Chamma Chamma dans China Gate, où Alka Yagnik chante pour l'actrice Urmila Matondkar, qui danse.
http://www.youtube.com/watch?v=kUErNip4DNc
Et maintenant, un medley des chansons d'Alka Yagnik
http://www.youtube.com/watch?v=5eJzJ73otaA&playnext_from=TL&videos=B4NlSdPuJi8
Pour mieux connaître sa carrière, rendez-vous ici.

Shreya Ghoshal (1984-)
Elle s'est fait connaître grâce  l'émission-concours Saregamapa sur la chaîne Zee TV.
Sa voix légère et souple qui tranche avec les modes précédentes est très demandée depuis ses débuts dans Devdas en 2002. Elle a en effet déjà participé à quelque 170 films en hindi, tamoul, telugu, malayalam, kannada, penjabi...
Dans cette vidéo, elle chante devant un public où figurent, tout devant, l'actrice Urmila Matondkar, le compositeur Pritam (barbe et cheveux gras-mouillés) et le chanteur Kunal Ganjawalla.
Les 2 chansons interprétées sont extraites du film Lekin (chantée à l'origine par Lata, en 1970), et de Bhool Bhulaiya datant de 2007. Regardez cette dernière chanson de film après l'interprétation sur scène, qui suit.)
http://www.youtube.com/watch?v=fC-C_0w9sUk
Vous en saurez un peu plus en allant sur ce site (il est en anglais mais beaucoup plus complet que le site français).

Sunidhi Chauhan (1983-)
Ayant commencé à chanter très jeune, Sunidhi Chauhan est aussi candidate à un concours télévisé dont elle est la lauréate en 1996.
La même année, elle participe à un premier film, Shastra, mais la véritable reconnaissance lui vient en 1999 avec Mast de Ram Gopal Varma dont la chanson devient un succès.
Depuis, sa carrière s'est envolée avec de nombreuses nominations, dont 3 titres de meilleure chanteuse aux Filmfare.
A son tour, elle est devenue juge dans un concours télévisé de chant.

L'une de ses chansons les plus connues actuellement est tirée du film Omkara (Vishal Bhardwaj, 2007) ; il s'agit de Beedi, que voici.
 http://www.youtube.com/watch?v=k2nS2mTfNfA
Retrouvez les titres de ses chansons primées sur ce site.


Un petit tour chez les messieurs, maintenant.

Udit Narayan (1955-)
Né en 1955 dans un village du Bihar (nord de l'Inde), il fait ses études dans le même Etat, puis à Kathmandou au Népal.
C'est ici qu'il va commencer à chanter à la radio pendant près de dix ans.
Il a ensuite la possibilité d'étudier le chant classique à Bombay où il arrive en 1978. En 1980, il fait ses débuts de chanteur au cinéma, mais reçoit sa première récompense en 1988 pour le film Qayamat Se Qayamat Tak (Mansoor Khan) où débutaient Aamir Khan et Juhi Chawla dont la voix chantée était Alka Yagnik (voir plus haut).
Devenu célèbre en Inde et au Népal où il joue même dans quelques films, il embrasse une carrière florissante en collaborant avec les grands compositeurs que sont R.D. Burman, A.R. Rahman, Anu Malik, Bappi Lahiri et de grandes réalisateurs, tels Yash Chopra, Ashutosh Gowariker et Karan Johar.
Udit est l'une des voix de SRK avec Sonu, Sukhwinder (plus bas, tous les deux) et Abhijeet.
D'abord Udit, il y a près de 20 ans, avec 20 kilos de moins...
http://www.youtube.com/watch?v=vHx84avHKEY

Cette fois, je vous propose un extrait moins bien filmé, mais on a Lata qui chante en direct avec Udit la chanson titre de Dil To Pagal Hai (Yash Chopra, 1997), ça compense amplement ! Ils chantent pour SRK et pour Madhuri Dixit.
http://www.youtube.com/watch?v=6k311mj12M4
Et pour terminer, un extrait de Lagaan (Ashutosh Gowariker, 2001), la chanson Chale Chalo Mitwa dans une émission de 2009.
http://www.youtube.com/watch?v=xuRwWMinDP8
La carrière d'Udit Narayan avec toutes ses récompenses se trouve sur ce site.

Sukhwinder Singh (1968-)
Sukhwinder Singh est originaire de l'Etat du Penjab. Très jeune, il se produit sur scène, puis sort un premier album penjabi et rejoint l'équipe de Laxmikant et Pyarelal pour devenir arrangeur musical.
Après ses interventions dans quelques films, il est conscient qu'il utilise mal sa voix, et va passer une année au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Sa carrière débute véritablement avec la celèbre chanson de Dil Se (Mani Ratnam, 1988), Chayya Chayya, composée par A.R. Rahman, pour laquelle il reçoit son premier Filmfare.
Depuis, on ne compte plus le nombre de films auxquels il a apporté sa puissante voix. A noter, quand même, ses derniers Filmfare pour les films Rab Ne Bana Di Jodi (Aditya Chopra, 2008), et Slumdog Millionaire (Danny Boyle, 2008). La chanson de Om Shanti Om où SRK est torse nu, c'est lui qui la chante.
Le voici interprétant Dil Haara du film Tashan (Vijay Khrishna Acaharya, 2008)

Sonu Nigam (1973 ou 1976-)
Très jeune, Sonu Nigam commence à accompagner son père sur scène, dans les mariages et dans les fêtes privées. 
Adolescent , il participe à divers concours de chant et vient s'installer à Bombay à 19 ans pour y commencer une carrière de chanteur, qui se fait attendre : il enregistre les chansons de Mohd. Rafi, sans réussir à faire passer sa propre personnalité, et prête sa voix à la publicité avant de se faire connaître par sa victoire dans l'émission de télévision Saregamapa, qui est l'un des programmes les plus regardés en Inde, et dont il devient aussi le présentateur en 1995 (et bien plus tard en 2007 avec les candidats enfants).
En 1997, il entrevoit enfin le succès avec le film Border de J.P. Dutta (chanson Sandese Aate Hain), puis avec la chanson Yeh Dil Deewana dans Pardes (Subash Ghai) qui dévoilent sa véritable personnalité vocale.
Dès lors, sa carrière s'envole car sa voix offre un large éventail de sentiments. Après 21 nominations et 8 Filmfare, il est devenu l'un des chanteurs les plus demandés dans la profession.
Il ne se contente pas de chanter pour des acteurs (dont SRK) : il a engistré de nombreux albums et participe à des tournées mondiales qui le mènent aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, dans les Emirats, en Australie... Voici une intervention de Sonu dans la célèbre émission Indian Idol.
L'homme aux cheveux blancs que l'on voit plusieurs fois est Javed Akhtar, scénariste-parolier et père du réalisateur-acteur Farhan Akhtar. Près de lui, vous reconnaîtrez peut-être le chanteur Kailash Kher.
http://www.youtube.com/watch?v=v-IRH6Mu6wo
Et pour le reste, ça se passe par ici.

Bien sûr, j'aurais pu vous montrer bien d'autres artistes comme Kailash Kher, Abhijeet, Rekha Bhardwaj, Chitra, A.R. Rahman, qui n'est pas seulement compositeur, Rahat Fateh Ali Khan... Je vous laisse les découvrir sur un site de partage bien connu ! Spécifiez "live" dans votre demande, sinon vous aurez les extraits de films et ne verrez pas les chanteurs. C'était le conseil de Tati Sally !

dimanche 20 juin 2010

A.R. Rahman


Né sous le nom de A.S. Dileep Kumar à Chennai, au Tamil Nadu, en 1966, A.R. Rahman est issu d'une famille où son père était compositeur et chef d'orchestre pour des films malayalam (Kerala).
A 23 ans, il se convertit au soufisme après la guérison de sa sœur et prend le nom d'Allah Rakha (A.R.) Rahman, sous lequel il est connu aujourd'hui.
Très jeune il s'était mis à la musique en formant un orchestre avec ses amis ; il connaît déjà le piano, la guitare, l'harmonium, et le synthétiseur qui deviendra plus tard son instrument de prédilection.
A 11 ans, il rejoint la troupe du célèbre musicien tamoul Ilaiyaraja, puis accompagne dans ses tournées internationales Zakir Hussain, joueur de tabla considéré comme le meilleur percussionniste de sa génération.
Il fait ses études à Londres au Trinity College of Music.

L'année 1992 marque ses débuts dans le cinéma tamoul, avec le film Roja de Mani Ratnam ; Bombay lui offre une chance dans le cinéma hindi en 1995 grâce à Ram Gopal Varma et son film Rangeela. Entre-temps il compose une bonne douzaine de musiques de films et commence à renouveler cette musique en utilisant l'informatique et le synthétiseur, et en expérimentant de nouveaux procédés à cheval sur la tradition indienne (très forte dans le Sud) et la modernité occidentale.
Malgré les critiques virulentes des traditionalistes, il continue son œuvre créatrice et ouvre son propre conservatoire de musique à Chennai en 2008, tandis que les producteurs qui le demandent font la queue devant sa porte.

Avec une centaine de musiques de films à son actif, sans compter celles de comédies musicales sur scène, le compositeur devenu producteur, chanteur et programmeur a reçu une douzaine de Filmfare et maintes récompenses, parmi lesquelles 2 oscars pour 2 chansons de Slumdog Millionaire.
Pour les récompenses et la filmographie, allez donc voir ici, le site de Wikipedia en français. Vous pouvez accéder au site en anglais, beaucoup plus complet, par leur colonne de gauche.

A.R. Rahman sera à Paris le samedi 17 juillet au Parc des expositions de la Porte de Versailles pour un concert exceptionnel, accompagné de chanteurs et de musiciens.
www.arrahmanlive.com/

samedi 19 juin 2010

Extrait de film : Amar Akbar Anthony (1978)

Aujourd'hui, pour illustrer le ciné-club de Manmohan Desai, voici un extrait du film Amar Akbar Anthony, où un Amitabh éméché se réprimande et se soigne dans le miroir.
Une scène d'anthologie !
Désolée pour la mauvaise qualité de cette vidéo, la bonne (qui était ici avant) a été supprimée de YouTube.

vendredi 18 juin 2010

Affiche de Baiju Bawra (1952)

Sous le règne d'Akbar, le jeune Baiju accompagne son père musicien, et assiste à son meurtre par un garde de Tansen, le musicien ide la cour, 
Dès lors, Baiju ne vit plus que pour venger son père dans un duel musical face à Tansen. Avec un peu d'amour, c'est plus facile...

Le film Baiju Bawra (Vijay Bhatt, nb, 1952) est un classique de l'âge d'or du cinéma hindi, qui voit Meena Kumari, future star, dans l'un de ses premiers rôles, qui lui rapporte son premier Filmfare de meilleure actrice.
Il en est de même pour le compositeur Naushad.
Si vous voulez (re) voir une chanson du film... 

jeudi 17 juin 2010

Chansons sous la pluie : Mohra (1994)

Aujourd'hui débute le cycle des chansons sous la pluie. Pour commencer, la preuve que cette pluie rend les hommes et les femmes moins prudes, comme en témoigne la chanson Tip Tip Barsa Paani (Floc-floc, la pluie de mousson), du film Mohra. Accrochez-vous !
Réalisateur : Rajiv Rai
Héroïne : Raveena Tandon (qui ne joue plus qu'avec ses enfants, maintenant !)
Héros : Akshay Kumar
Compositeur : Viju Shah
Chanteurs : Alka, Udit
Chorégraphe : Saroj Khan

mercredi 16 juin 2010

An Evening in Paris with Big B

Voici quelques photos de la soirée de dimanche.
François vous a préparé un court diaporama d'une dizaine d'images, qui donne une idée du récital d'Amitabh Bachchan. Il est impressionnant, Amitabh, bien sûr !
Vous aurez les légendes en cliquant sur la bulle en bas à gauche. Vous pouvez agrandir les photos en cliquant dessus.
Amitabh Bachchan a fait part de son état d'esprit à l'occasion de cette lecture. A lire sur son blog.
L'œuvre du père d'Amitabh Bachchan est importante, teintée d'humour et universelle.
Voici la traduction, par Annie Montaut de l'INALCO, d'un court poème intitulé Ennuis.

J'eus des ennuis et je pleurai,
J'eus de pires ennuis et je me tus,
J'ai d'encore pires ennuis et je ris,
Car enfin je suis homme !



mardi 15 juin 2010

Ciné-club : Manmohan Desai

Fils du producteur Kikubbbhai Desai, Manmohan Desai (1937-1994) dirige son premier film, Chhalia en 1960 avec Raj Kapoor et Nutan.
On peut dire qu'il est l'inventeur du style masala où action, famille, chansons et danses étaient associées pour plaire à un très large public.
La distribution, qui comprend souvent plusieurs stars est aussi un important atout de ses films.

C'est en partie grâce à Manmohan Desai qu'Amitabh Bachchan a conforté son statut de superstar dans les années 1970 et au début des années 1980, dans des films qui furent tous des succès populaires.
D'autres acteurs de premier plan, tels Shammi Kapoor, Rajesh Khanna, Shashi Kapoor, Dharmendra et Rishi Kapoor ont fait partie de ses héros.
Parmi les 20 films qu'il réalise durant sa carrière, 13 sont d'immenses succès, pourcentage très élevé par rapport au reste de la profession.
Les années 1980 sont moins fertiles car son style très personnel n'évolue pas ; on lui reproche parfois de s'autoparodier.

Bluff Master (Le bluffeur, 1963). Comédie
Un sympathique jeune homme réussit à trouver un emploi de photographe grâce à son art du mensonge. Il tombe amoureux de la fille de son employeur, qui est promise à un intrigant...
Film au ton léger où Saira Bano (19 ans) est adorable. Le scénario est bien monté, les chansons sont sautillantes.
Réalisateur : Manmohan Desai
Héroïne : Saira Bano
Héros : Shammi Kapoor (frère de Raj)
Compositeurs : Kalyanji-Anandji
Chanteurs : Lata, Usha, Shamshad Begum, Mohd. Rafi, Mukesh
Notre avis : 2,5 / 5

Amar Akbar Anthony (1977). Comédie loufoque
Trois frères séparés dans leur enfance par des événements - que seul un scénariste indien peut inventer - sont adoptés par trois familles de confessions différentes.
Ils grandissent sans se connaître ; l'un devient policer, le deuxième, chanteur de qawwali et le dernier, un sympathique chef de gang. Bien sûr, le destin les réunira et ils retrouveront leur mère encore vivante. Comment ? C'est trop compliqué à raconter...
A voir pour se régaler avec des acteurs qui ont l'air de bien s'amuser. Amitabh Bachchan dans un rôle loufoque, ça vaut vraiment le coup !
Réalisateur : Manmohan Desai
Héroïnes : Neetu Singh (épouse de Rishi Kapoor), Shabana Azmi, Parveen Babi
Héros : Rishi Kapoor, Vinod Khanna, Amitabh Bachchan
Compositeurs : Laxmikant-Pyarelal
Chanteurs : Lata, Kishore, Mukesh, Mohd. Rafi
Notre avis : 3,5/5

Naseeb (Le Destin,1981)
Ce film raconte comment un billet de loterie gagnant qui atterrit par hasard chez un barman va changer la vie de plusieurs personnes pendant deux générations.
Coïncidences, amours, méchants, chansons, tous les ingrédients habituels de Manmohan Desai sont rassemblésici, mais avec moins de brio que dans Amar Akbar Anthony.
On remarque dans ce film la chanson John Janni  Janardan où de nombreux acteurs qui ne jouent pas dans le film font une apparition amicale (Raj, Shammi et Randhir Kapoor, Dharmendra, Rajesh Khanna, Sharmila Tagore, Mala Sinha...).
Réalisateur : Manmohan Desai
Héroïnes : Hema Malini, Reena Roy, Kim
Héros : Amitabh Bachchan, Shatrughan Sinha, Rishi Kapoor, Pran
Compositeurs : Laxmikant-Pyarelal
Chanteurs : Lata, Asha, Kishore Kumar, Mohd. Rafi
Notre avis : 2/5

Coolie (Porteur, 1983). Drame familial
Une famille est séparée pendant une terrible inondation. La mère perd la mémoire, le père disparaît, un enfant part sur les flots, l'aîné qui se retrouve seul, est adopté. Il vend des journaux dans la gare, plus tard il devient coolie et chef de leur syndicat.
Un journaliste qui fait une enquête sur une grève des coolies devient son ami...
Un scénario plutôt tarabiscoté, mais Amitabh est au top de sa forme physique, il est très très beau, mesdames.
C'est pendant une scène de bagarre de ce film qu'il est grièvement blessé et doit faire un long séjour à l'hôpital, entre la vie et la mort. Heureusement...
Réalisateur : Manmohan Desai
Héroïne : Waheeda Rehman, Rati Agnihotri
Héros : Amitabh Bachchan, Rishi Kapoor
Compositeurs : Laxmikant-Pyarelal
Chanteurs : Asha, Alka, Suresh Wadkar, Shailendra Singh
Notre avis : 2,5/5

Et aussi : Aa Gale Lag Jaa (mélo, 1973), Dharam Veer (action, 1977), Suhaag (drame familial, 1979)

lundi 14 juin 2010

Roman : Le Palais des miroirs

Sur fond d'occupation britannique, cette saga épique vous emporte depuis la Birmanie de la fin du XIXe siècle jusqu'à l'Inde du XXe siècle en passant par la Malaisie ; l'auteur brosse le destin et les pérégrinations d'une famille indo-birmane sur 3 générations.
Une fresque au souffle romanesque (5e roman d'Amitav Ghosh), et aux personnages attachants dont la vie est ballottée au gré de la force de l'histoire. La découverte d'un thème peu évoqué dans la littérature.
Le Palais des miroirs, Amitav Ghosh (auteur bengali), éditions Points (poche), 650 p.
Excellent rapport plaisir/prix.

dimanche 13 juin 2010

Le jour J pour Amitabh Bachchan

Ce soir, Amitabh Bachchan va réciter et chanter des poèmes de son père, Harivansh Rai Bachchan au Théâtre des Champs-Elysées.
Une occasion peut-être unique de le voir sur une scène à Paris.
Alors, nous y serons, évidemment, curieux et excités de voir en chair et en os un acteur dont nous avons regardé une centaine de films, dont certains plusieurs fois, sur l'écran de notre téléviseur !

samedi 12 juin 2010

Chanson de film : Honeymoon Travels Pvt. Ltd.

Pendant le voyage de noces organisé de Honeymoon Travels Pvt. Ltd., le groupe fait une promenade en bateau à l'occasion de laquelle, l'alcool aidant, le personnage de K.K. Menon (en chemise rouge) se décoince et entraîne tout le groupe dans une danse improvisée, au grand étonnement de son épouse.
Réalisatrice : Reema Kagti (premier film)
Héroïnes : Shabana Azmi, Raima Sen...
Héros : Boman Irani, K.K. Menon...
Compositeurs : Vishal-Shekhar
Chanteurs de la chanson : Sunidhi, Shekhar
Chorégraphes : Farah Khan, Danny, Savio

vendredi 11 juin 2010

Timbres : Guru Dutt


Guru Dutt a été l'objet de notre première exposition. Je recommande vivement les films de cet acteur-réalisateur-producteur, mort trop jeune, à ceux qui commencent à découvrir le cinéma indien.
Autant débuter par le meilleur du cinéma hindi ! Voyez aussi le catalogue de l'expo, assez complet.
Le timbre a été émis en octobre 2004 pour l'anniversaire de sa mort, en 1964 à l'âge de 39 ans.

jeudi 10 juin 2010

Embarquement immédiat pour Sydney, Australie

Dil Chahta Hai (Le cœur palpite, 2002) est une réflexion sur l'amour, bien reflétée par cette chanson, où deux des héros confrontent leurs idées en se promenant dans et au-dessus de Sydney. C'est tout à fait normal d'avoir un hélico à sa disposition, non ?
Réalisateur : Farhan Akhtar
Héroïne : Preity Zinta
Héros : Aamir Khan
Compositeurs : Shankar, Ehsaan et Loy
Chanteurs de la chanson : Alka, Udit

mercredi 9 juin 2010

Premiers pas : Salman Khan en 1988

Salman Khan a 23 ans dans son premier film, Biwi Ho To Aisi (Une femme doit être ainsi, J.K Bihari). Il s'agit d'un film du genre familial, avec ses problèmes de mariage. Dans la scène ci-dessous, vous reconnaîtrez peut-être :
Rekha : la fille en sari rose
Kader Khan : le père, avec une moustache
Bindu : la mère autoritaire (elle a fait une apparition récente dans Om Shanti Om elle est la femme bien en chair, amoureuse de Om-SRK dans une courte scène).

mardi 8 juin 2010

Ciné-club : K.K. Menon

Parmi les acteurs que l'on pourrait classer juste derrière les "grosses pointures" comme les Khan, certains sont très marquants car ils ont ce petit quelque chose qui les différencie.
K.K. Menon fait partie de ces acteurs que l'on n'oublie pas. Son jeu est sobre et d'autant plus convaincant. Il excelle dans les rôles d'introvertis et de personnages antipathiques, mais se déchaîne aussi dans quelques comédies.
Né en 1964 et élevé au Maharashtra, il fait des études de physique puis de management avant d'atterrir au théâtre, dans les feuilletons télévisés et enfin au cinéma où il débute en 1995.

Sarkar (2005). Drame mafieux
Dans sa luxueuse villa de Bombay, un chef de gang mafieux mène une vie discrète avec son épouse et l'un de ses 2 fils dont il réprouve la conduite et particulièrement les passades amoureuses avec une starlette très courtisée (K.K. Menon joue ce "mauvais" fils). Le fils élimine alors son concurrent de façon brutale. 

Entre-temps, l'assassinat d'un homme politique vient ébranler la vie tranquille du chef mafieux, car le tueur l'accuse de l'avoir commandité.
Ram Gopal Varma s'est ici inspiré du film Le Parrain (Francis Ford Coppola, 1972), ce qui n'enlève rien au scénario qui a été indianisé et fait oublier l'original.
Réalisateur : Ram Gopal Varma
Héroïnes : Supriya Pathak, Katrina Kaif, Tanisha
Héros : Amitabh Bachchan, Kay Kay Menon, Abhishek Bachchan, Zakir Hussain
Compositeur : Amar Mohile
Notre avis : 3/5

Honeymoon Travels Pvt. Ltd. (2007). Comédie
Un groupe de 6 couples part en voyage de noces organisé en bus à Goa. C'est l'occasion de découvrir une excellente distribution et des couples très différents (bloqué, fusionnel...) dont on nous raconte la vie par des flash-back.
Cette comédie pleine d'humour et de gaieté fait passer un excellent moment de cinéma.
Réalisatrice : Reema Kagti (son premier film)
Héroïnes : Shabana Azmi, Raima Sen...
Héros : Boman Irani, K.K. Menon...
Compositeurs : Vishal-Shekhar
Chanteurs : Shreya, Sunidhi, Shekhar, Shaan...
Notre avis : 3/5

Life in a Metro (La Vie dans une métropole, Anurag Basu, 2007). Social urbain
Tranches de vie entre des personnages qui se rencontrent, s'aiment, et se trompent au milieu d'une grande ville, où le temps et l'argent les empêchent de vivre sereinement.
Un film passionnant, et très bien interprété par une belle brochette d'acteurs et d'actrices. Tendance pessimiste sur le genre humain.
Réalisateur : Anurag Basu
Héroïnes : Konkona Sen, Kangana Ranaut, Shilpa Shetty
Héros : Irrfan Khan, K.K. Menon*, Sharman Joshi
Compositeur : Pritam
Chanteurs : K.K.*, Adnan Sami, Pritam
Notre avis : 3,5/5
* Ne confondez pas l'acteur K.K. Menon et le chanteur K.K. (également écrit phonétiquement Kay Kay)

Sankat City (Pankaj Advani, 2009). Comédie
Deux voleurs de voitures s'emparent d' une Mercedes dans laquel ils découvrent une énorme somme d'argent. L'un des voleurs, garagiste, va cacher l'argent pendant que l'autre tente de vendre la voiture, sans le savoir, à l'homme de main du gangster auquel la Mercedes appartient ; l'homme de main va aussitôt avertir son chef de gang  qui laisse 3 jours aux voleurs pour rendre l'argent. Mais celui qui l'a camouflé a perdu la mémoire dans un accident...
Une comédie déjantée où divers personnages acculés par leurs problèmes sont tous à la recherche d'argent rapidement acquis.
Réalisateur : Pankaj Advani
Héroïne : Rimi Sen (à ne pas confondre avec Raima Sen qui joue dans Honeymoon Travels. Elles ne sont même pas de la même famille.)
Héros : K.K. Menon, Anupam Kher
Compositeur : Ranjit Barot
Notre avis : 3/5

Et aussi (aucune comédie) : Bhopal Express (Drame, Mahesh Mathai, 1999), Hazaaron Khwaishen Aisi (Sudhir Mishra, 2003), Corporate (Madhur Bhandarkar, 2006), Shaurya (Samar Khan, 2008), Gulaal (Anurag Kashyap, 2009)

lundi 7 juin 2010

Les Grands Moghols : Akbar (3/6)

En 1556, quand Akbar hérite d'Humayun un empire chancelant, il n'a que 14 ans, et se voit assisté d'un régent dont les troupes vont l'aider à remporter des victoires décisives. C'est le début d'un règne qui va durer 5 décennies (1656-1605) et marquera à jamais l'histoire de l'Inde.
En effet, bien qu'Akbar soit, comme la plupart des Moghols, un conquérant avant tout, il n'en est pas moins un souverain éclairé : il n'impose pas l'islam à l'Inde mais le laisse fusionner avec l'hindouisme, il unifie les infrastructures économique et juridique, et instaure une loi unique pour tous.
Son règne est marqué par la prospérité et par une éclosion artistique qui touche plusieurs domaines, comme la peinture (les miniatures), la littérature (bien qu'il soit lui-même analphabète), la musique ou l'architecture.

Il laisse derrière lui un empire fort et étendu, et de superbes constructions encore visibles à ce jour : le fort de Lahore (Pakistan), la cité maintenant désertée de Fatehpur Sikri*, dont il avait fait sa capitale, et le mausolée de Sikandra (non loin d'Agra) où il repose (à g., photo de la porte monumentale).

Akbar a aussi inspiré le cinéma avec, en particulier, Jodhaa Akbar (Ashutosh Gowariker, 2008), et Mughal-e-Azam (K. Asif, 1960) où c'est cependant l'histoire d'amour de son fils, le futur Jehangir, qui prend le dessus.

*Pour terminer, je vous propose une promenade à Fatehpur Sikri où le début de la chanson Do Dil (Deux Cœurs), du film Pardes de Subhash Ghai a été tourné en 1997. Musique de Nadeem-Shravan, chanson interprétée par Kumar Sanu.
Suivez le guide, c'est SRK !

dimanche 6 juin 2010

Expo 2010

L'expo prévue pour 2010, Trois Icônes (Madhubala, Meena, Nargis) n'aura pas lieu.
Les documents réunis, pourtant nombreux, sont trop dépareillés pour être associés dans une exposition. Mais... d'autres idées germent dans nos esprits pour 2011.
D'ici là, nous vous présentons au fil du temps les plus belles pièces de l'exposition 2010 sur le blog. 

Publicité pour la sortie colorisée de Mughal-e-Azam (K. Asif, 1960) en 2004. On voit une partie du visage de Madhubala

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...